» Un océan affamé : les systèmes d'upwelling face au changement climatique et à la menace pour la sécurité alime...
07.06.2018 - Commission océanographique intergouvernementale

Un océan affamé : les systèmes d'upwelling face au changement climatique et à la menace pour la sécurité alimentaire mondiale

© Institut géophysique du Pérou - Dr. Ivonne Montes

Dans le deuxième article de notre série dédiée aux points de vue de femmes scientifiques sur les problématiques émergentes relatives aux sciences océaniques, le Dr Ivonne Montes (Pérou) aborde la question de la sécurité alimentaire mondiale face au danger posé par le changement climatique pour les zones les plus productives de notre océan.

Le Dr Ivonne Montes, chercheuse à l’Institut géophysique du Pérou, participe actuellement au 4e Symposium international sur les effets des changements climatiques sur l’océan, ECCWO (Washington DC, États-Unis, 4-8 juin) – un grand rassemblement d’éminents chercheurs de plus de 50 pays qui partagent les dernières données scientifiques concernant les impacts du changement climatique sur les écosystèmes marins. Elle co-organisera une session thématique portant sur les impacts spécifiques du changement climatique sur les systèmes de remontées d’eaux (‘upwelling’ en anglais), où vivent certaines des espèces de poissons les plus importantes du monde sur le plan commercial.

Cette série d’entretiens vous invite à plonger au cœur des principaux thèmes du Symposium, à travers le regard de femmes qui ont consacré leur vie aux sciences océaniques. Leurs points de vue nous montrent à quel point la conservation et l'exploitation durable de l'océan dans un contexte de changement climatique représentent un enjeu vital, mais soulignent également le rôle important que peut jouer la communauté scientifique pour combler le fossé entre les connaissances et l’action.

Grâce à un milieu scientifique en plein essor, à des innovations et à des découvertes passionnantes, nous comprenons mieux à présent le système climatique de notre planète – mais comment pouvons-nous transformer ces connaissances pertinentes pour la prise de décision en mesures concrètes qui nous mèneront vers l’océan dont nous avons besoin pour l’avenir que nous voulons ? Nous avons demandé au Dr Montes d'expliquer pourquoi cette transformation est si cruciale pour les décideurs et la société dans son ensemble.

Comment expliqueriez-vous l’importance des systèmes d’upwelling à un politicien ou encore à votre conseiller municipal ?

On pourrait comparer les systèmes d'upwelling à des forêts cachées : ils regorgent de plantes aquatiques qui fournissent de grandes quantités de nourriture pour la production halieutique (les zones de pêches les plus importantes du monde sont situées dans ces zones). Ces plantes aquatiques sont également responsables de la production d'une grande partie de l'oxygène que nous respirons via la photosynthèse. Plus de 60% de l'oxygène que nous respirons est produit par les plantes aquatiques !

Ceci est possible uniquement grâce aux conditions environnementales. Par exemple, certains mouvements de vent font remonter des nutriments du fond vers la surface de l'océan, permettant ainsi de préserver l'équilibre climatique et météorologique dans les régions les plus peuplées. Enfin, ces systèmes sont très importants aussi bien pour le développement durable humain que pour celui des nations.

Mais ces forêts cachées sont très menacées par les zones « mortes » ou « à concentration minimale d’oxygène » de l’océan - vastes zones où l'oxygène est très faible voire inexistant. Les processus microbiens de ces régions libèrent beaucoup de gaz à effet de serre et d'azote (principaux contributeurs au changement climatique), qui rendent l'océan plus anémique et moins productif. Cette perte est semblable à celle de la déforestation de l'Amazonie.

Pouvons-nous prédire les impacts qu’aura le changement climatique sur ces systèmes ? Si non, que nous manque-t-il ? Si oui, que savons-nous ?

Eh bien, selon le système dont il est question (Humboldt, Californie, Canaries, Benguela sont les principaux), je pense que nous pouvons essayer de prédire certains changements et en particulier les effets linéaires. Cependant, étant donné que la réponse aux changements n'est justement pas linéaire et qu'il existe un large éventail de variabilités spatio-temporelles, il faut mener davantage d'études multidisciplinaires. En effet, il est crucial d'intégrer des observations, des modèles et différentes disciplines à ce processus.

Comment les scientifiques collaborent-ils pour étudier ces systèmes d'upwelling transfrontaliers ? Est-ce suffisant ? Avons-nous besoin de plus de collaboration pour combler les lacunes dans nos connaissances ?

Personnellement, je pense que les efforts fournis sont faibles voire inexistants. Plusieurs groupes d'experts existent mais ils sont malheureusement composés des mêmes scientifiques, et on n’en fait pas assez pour inclure des scientifiques locaux ou issus de différentes régions. D'un autre côté, les scientifiques locaux s'efforcent de répondre aux besoins de leur propre pays, où ils sont parfois complètement isolés à cause du manque de communication avec le monde scientifique international. Bref, je pense que nous avons besoin de projets qui contribuent aux niveaux national et international et qui assurent le renforcement des capacités.

La dérégulation des systèmes d'upwelling représente-t-elle une réelle menace pour la sécurité alimentaire mondiale ? Quelle est l’ampleur de cette menace ?

C'est sans aucun doute un sujet à traiter, mais nous avons besoin de plus de preuves scientifiques pour être en mesure d’identifier et de mesurer précisément les menaces. Sinon, nous risquons de spéculer.

Que peuvent faire les citoyens dans leur vie quotidienne pour aider ?

Nous, en tant qu’humains, devrions être plus respectueux de ce que nous avons. Nous devrions également nous tenir au courant de ce qu’il se passe et/ou exiger des informations de la part des gouvernements locaux s'ils n'en donnent pas. Cela peut fournir une motivation supplémentaire pour les politiciens et susciter le débat sur ces sujets.

***

La Commission océanographique intergouvernementale (COI) de l'UNESCO co-organise ce Symposium international quadriennal depuis 2008 en collaboration avec le Conseil international pour l'exploration de la mer (CIEM), l'Organisation des sciences de la mer pour le Pacifique Nord (PICES) et l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l’agriculture (FAO).

Suivez toutes les news du Symposium ECCWO sur Twitter @ECCWO !

Pour plus d'information, veuillez contacter :

Salvatore Arico (s.arico(at)unesco.org)

Ivonne Montes (ivonne.montes(at)gmail.com)

Ou visitez :

Site web du Symposium ECCWO




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page