» L’art contemporain africain : le potentiel caché d’une croissance
19.11.2018 - Africa Department

L’art contemporain africain : le potentiel caché d’une croissance

Le secteur de la Priorité Afrique et des Relations extérieures a organisé une table ronde sur les arts contemporains africains, le 7 novembre 2018, au Siège de l’UNESCO. Placé sous le thème « Ecosystème du monde de l’art : comment différents acteurs œuvrent au développement de l’industrie », cette rencontre a rassemblé quelques pionniers et experts du monde de l’art africain.  Modéré par Hannah O’Leary, responsable de l’art africain moderne et contemporain chez Sotheby’s (Londres), l'événement a été le théâtre d'un débat vivant, sur les talents issus du continent, ainsi que les politiques et infrastructures nécessaires pour que l'industrie puisse continuer à prospérer.

Dans leurs discours d’ouverture, M. Firmin E. Matoko, Sous-Directeur général de la Priorité Afrique et des Relations extérieures, et Son Exc. M. Oumar Keita, Ambassadeur du Mali et Président du Groupe Afrique à l'UNESCO, ont réaffirmé l’engagement de l'Organisation pour la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles. Ils ont également souligné la nécessité de reconnaître la culture en tant que composante essentielle du développement social et économique.

Ont participé au panel : Azu Nwagbogu, commissaire, fondateur et directeur de la Fondation des artistes africains et du Festival de la photo de Lagos; Ayo Adeyinka, consultant en art et fondateur de la Tafeta Gallery à Londres; Salimata Diop, directrice du Musée de la Photographie de Saint-Louis (Sénégal); Nelly Wandji, entrepreneur en art et design et propriétaire de la galerie Nelly Wandji à Paris; Alioune Ba, photographe et architecte franco-sénégalais; et Richard Mudariki, artiste zimbabwéen basé en Afrique du sud.

Tout au long des discussions, chaque expert a insisté sur le rôle central de la scène artistique africaine dans le marché mondial actuel, la nécessité pour les gouvernements africains et d'autres acteurs internationaux d'investir dans leurs talents artistiques, et l'importance de mettre en place des politiques protégeant les droits des artistes et encourageant le développement économique, social et culturel sur le continent même. Les participants ont également témoigné de leurs propres parcours dans le monde de l'art contemporain, insistant à chaque fois sur la nécessité de défendre l'expression artistique en tant que vecteur de l'histoire, de l'identité et de l'innovation africaines. L’importance d’investir dans l’éducation artistique sur le continent et la nécessité de créer un art reflétant les réalités locales et nationales, sont également apparues comme des thèmes particulièrement saillants.

Cette rencontre est la première d’une série de discussions sur les industries culturelles et créatives en Afrique, prévues par le Secteur de la Priorité Afrique et les Relations extérieures, dans le cadre de la Convention 2005 de l’UNESCO sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles.




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page