» Des sites arménien et palestinien partagent le prix 2011 de sauvegarde des paysages culturels
12.05.2011 - UNESCOPRESS

Des sites arménien et palestinien partagent le prix 2011 de sauvegarde des paysages culturels

Le Musée culturel et historique Réserve de Garni (Arménie) et le paysage culturel palestinien de Battir se partagent cette année le Prix international Mélina Mercouri pour la sauvegarde et la gestion des paysages culturels (UNESCO-Grèce). Le Prix sera remis lors d’une cérémonie qui se tiendra au siège de l’UNESCO le 24 mai.

« En récompensant la gestion de Garni et Battir, l’UNESCO entend mettre en valeur la beauté et l’importance de ces sites, leurs valeurs réelles et symboliques, mais aussi aider à combattre les menaces qui pèsent sur leur préservation à long terme », a déclaré la Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, qui a suivi la recommandation du jury international du Prix.  

Les lauréats se verront remettre la somme de 15 000 dollars chacun.  

Le Musée culturel et historique Réserve de Garni couvre une superficie de 5,1 hectares autour du village de Garni qui se trouve sur le plateau volcanique arménien du Caucase, à 28 km à l’est d’Erevan. On y trouve une série de vestiges et de bâtiments historiques correspondant à une période qui va de l’âge de bronze (murs cyclopéens) aux débuts locaux du christianisme, en passant par l’époque hellénique (temples et thermes).

Le site doit sa récompense aux mesures prises pour préserver ses vestiges culturels, mais aussi aux efforts visant à expliquer et ouvrir le site aux visiteurs nationaux et étrangers. Le jury a aussi salué le fait que ce travail a été conduit en concertation avec les communautés locales, en encourageant le développement social et économique. Une partie du site a été inscrit en 2000 sur la Liste du patrimoine mondial en tant que Monastère de Gherart et Haute vallée de l’Azat.

Le paysage culturel de Battir (Village de Battir et ses environs en territoire palestinien occupé) témoigne de 4 000 ans de culture en terrasses de la vigne et de l’olivier. Comptant 1 150 habitants (dont 350 dans le village d’Husan), ce paysage comporte des terrasses mais aussi des canaux d’irrigation, des tours de guet et d’autres bâtiments de pierre sèche. Le site est récompensé pour sa grande valeur esthétique et symbolique. Le jury a mis l’accent sur l’action entreprise en vue de maintenir l’utilisation agricole traditionnelle du paysage, en coopération avec les fermiers locaux, et sur l’adoption d’une législation de protection et d’un plan de gestion judicieux.  

Battir appartient à une zone plus large  - la Terre des oliviers et des vignes - qui figure à l’inventaire des biens exceptionnels du patrimoine culturel et naturel palestinien qui peuvent avoir une valeur universelle exceptionnelle. Cet inventaire a été réalisé par le ministère du Tourisme et des Antiquités en vue d’une future inscription de sites sur la Liste du patrimoine mondial.  

Le jury du Prix international Mélina Mercouri pour la sauvegarde et la gestion des paysages culturels a également décidé d’accorder une mention spéciale au paysage de Wadi Hanifa, long de 120 km autour de la ville de Riyad (Arabie Saoudite). Une partie du site a été inscrite en 2010 sur la Liste du patrimoine mondial en tant que District d’at-Turaif à ad-Dir’iyah.  

Remis tous les deux ans, le Prix Mélina Mercouri entend récompenser des actions exemplaires de sauvegarde et de mise en valeur des grands paysages culturels du monde. Il porte le nom de celle qui fut un précurseur de la conservation intégrée et du développement durable, Mélina Mercouri, artiste renommée et ministre de la culture de la Grèce.




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page