» Construire des communautés résilientes et des systèmes d’alerte tsunami en Amérique Centrale
27.03.2017 - Commission océanographique intergouvernementale

Construire des communautés résilientes et des systèmes d’alerte tsunami en Amérique Centrale

©UNESCO Zone à Risque de Tsunami

La Commission océanographique intergouvernementale de l'UNESCO a coordonné des séminaires sur les procédures d’exploitation normalisées et sur les mécanismes de coordination entre scientifiques et agences d’intervention afin de construire des communautés plus résilientes dans les Caraïbes.

Compte tenu du haut risque de tremblements de terre au large des côtes pacifiques d’Amérique Centrale et dans les Caraibes, et aux vues des tsunamis susceptibles d’en résulter, il est essentiel qu’une coordination et qu’un dispositif de réponses institutionnelles soient assurés. L’efficacité des prises de décisions concernant les dispositifs d’alerte des communautés et leur mise en sécurité est en jeu.

Dans le cadre de la mise en place du projet DIPECHO « Construire des communautés résilientes et des systèmes d’alerte tsunami intégrées en Amérique Centrale », mis sur pied par l’UNESCO et financé par l’Union Européenne, des séminaires nationaux se sont tenus au Nicaragua et au Guatemala autour du thème de l’amélioration des systèmes de réponses des pays aux tsunamis. Cette amélioration passe par le développement de Procédures Opérationnelles Normalisées et le renforcement des dispositifs de coordination entre scientifiques et agences d’intervention.

Le principal objectif de cette mesure était la consolidation du Système d’alerte rapide multirisque, par la validation des protocoles de coordination et l’homogénéisation des procédures d’alerte tsunami.

Le séminaire au Nicaragua s’est tenu les 9 et 10 mars 2017. Etaient présentes 21 personnes, parmi lesquelles se trouvaient des représentants du SINAPRED, de l’INETER, de la Défense Civile, et des délégués territoriaux.

Au Guatemala, le séminaire s’est tenu les 19 et 17 mars 2017, en présence de 31 personnes, dont des représentants de CONRED, de l’INSIVUMEH, des délégués territoriaux, des représentants d’universités et d’organisations portées sur les incidents liés aux alertes rapides.

Ces séminaires ont abouti à de nombreux résultats, tels que la création d’études préliminaires révélant l’importance pour chaque pays d’établir des alertes tsunami, ou encore la rédaction d’un rapport résumant les procédés et les étapes nécessaires à la création de ces alertes. La répartition des fonctions institutionnelles correspondant à la création de chacune de ces étapes et la préparation d’organigrammes présentant les actions à mettre en œuvre dépendamment du niveau d’alerte du Système d’Alerte Rapide sont d’autres résultats notables.

Pour plus d'information, veuillez contacter:

Bernardo Aliaga (b.aliaga(at)unesco.org)




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page