» Campagne de mobilisation des jeunes pour la culture de la paix au Burundi
31.03.2017 - Africa Department

Campagne de mobilisation des jeunes pour la culture de la paix au Burundi

Le Réseau Panafricain des Jeunes pour la Culture de la Paix en Afrique (PAYNCoP) lance sa campagne de mobilisation des jeunes pour la culture de la paix à Bujumbura

Avec la facilitation du Bureau régional multisectoriel de l’UNESCO en Afrique centrale et la Maison de l’UNESCO pour a Culture de la Paix au Burundi, le Réseau Panafricain des Jeunes pour la Culture de la Paix en Afrique, créé au Gabon en 2014 (sigle anglais PAYNCoP) et représenté au Burundi par le Réseau des organisations des jeunes en action pour la paix, la réconciliation et le développement (REJA), vient de lancer sa campagne de mobilisation des jeunes pour la culture de la paix à Bujumbura.

Cette campagne, qui s’inscrit dans le prolongement de celles organisées au Gabon et en Angola en 2016, se poursuivra dans les autres pays de l’Afrique centrale tout au long de l’année 2017. Son lancement a connu deux activités phares que sont le cadre d’échanges et la marche pour la paix.

Le cadre d’échanges entre les jeunes de toutes tendances politiques, ethniques, religieuses, y compris le genre, a été organisé, à Royal Palace Hôtel le mercredi 29 mars 2017, sur le thème du rôle des jeunes en tant qu’acteurs de paix. Il a été coprésidé par le Directeur du Bureau régional multisectoriel de l’UNESCO pour l’Afrique centrale et le Ministre de la Jeunesse, des Sports et de la Culture du Burundi.

Dans son allocution, le Directeur régional s’est réjoui d’apprendre que le cadre d’échange va déboucher sur les engagements des jeunes en faveur de la culture de la paix car, « la paix n’est pas un acquis, c’est un processus, elle se construit, se consolide. C’est un arbre qui a des racines qu’il faut continuer à arroser », a-t-il déclaré. Il a exhorté les jeunes à adhérer massivement aux idéaux du PAYNCOP pour bâtir un Burundi nouveau, paisible et prospère.

Le Ministre de la Jeunesse, des Sports et de la Culture a abondé dans le même sens en demandant aux jeunes de changer de mentalité pour bâtir un Burundi prospère, réconcilié avec lui-même ; de considérer leurs divergences comme une source intarissable d’enrichissement mutuel pour le développement du Burundi.

L’historique du PAYNCOP a également été fait ; et deux exposés, en kirundi et en français, sur la cohabitation pacifique et la gestion des conflits, ont introduit les travaux de groupes où les jeunes ont pris des engagements lus au lancement officiel de la campagne.

Ce lancement s’est déroulé au Stade Prince Louis RWAGASORE, le vendredi 31 mars 2017, sous le Haut patronage du deuxième Vice-Président de la République représenté par son Chef de Cabinet. On a noté, côté Gouvernement, la présence de la Ministre de l’Education et Présidente de la Commission nationale du Burundi pour l’UNESCO, le Ministre de la Jeunesse, des Sports et de la Culture, le Ministre de la Communication et de l’Information, ainsi que le Conseiller socio-culturel du Maire de la Ville de Bujumbura. Les Agences des Nations Unies étaient bien représentées, à commencer par le Directeur du Bureau régional multisectoriel de l’UNESCO pour l’Afrique centrale, le Représentant de l’UNESCO à Libreville, le Coordonnateur résident ai. du Système des Nations Unies au Burundi représenté par le Directeur pays ONUSIDA, ainsi que le Directeur de l’OHCDHB.

La fanfare du mouvement de jeunesse « CHIRO » a rythmé la marche-manifestation à laquelle ont participé des milliers d’élèves et de jeunes leaders des partis politiques et de la société civile. L’Hymne de la Campagne, composé par les jeunes eux-mêmes et mis en musique par le groupe « Peace and Love » et le tambour national, ont résonné ; les danses traditionnelles des jeunes filles ont été gracieusement exhibées. A cette occasion, trois discours ont été prononcés.

Dans son mot d’accueil, le Représentant du Maire de la ville a remercié l’UNESCO, qui a bien voulu faciliter cette campagne en faveur de la jeunesse qui représente le meilleur acteur pour la culture de la paix si ses énergies sont bien canalisées. Le Directeur du Bureau régional de l’UNESCO a exhorté, de son côté, les jeunes à s’approprier le message de Martin Luther King tiré de I have a dream : « Ne cherchons pas à satisfaire notre soif de liberté en buvant à la coupe de l’amertume et de la haine. Nous devons toujours mener notre lutte sur les hauts plateaux de la dignité et de la discipline. Nous ne devons pas laisser nos revendications créatrices dégénérer en violence physique. Sans cesse, nous devons nous élever jusqu’aux hauteurs majestueuses où la force de l’âme s’unit à la force physique ». Le Chef de Cabinet du deuxième Vice-Président de la République a rappelé la participation des jeunes aux actes de violence survenus en 2015 qui ont eu des conséquences néfastes, et a félicité les jeunes pour les engagements qu’ils venaient de prendre. Il a évoqué le programme de formation patriotique mis au point par le Gouvernement et l’entreprenariat inscrit au programme de l’école fondamentale pour favoriser l’autonomisation des jeunes.

De leur côté, les jeunes se sont engagés, entre autres à « avoir un esprit patriotique; être conscients de leur rôle dans la consolidation de la paix et résister aux divers types de manipulations ; adopter des comportements responsables ; s’abstenir d’adhérer aux mouvements de violence ; cultiver la valeur de la vérité pour ne citer que ceux-là ».

Les cérémonies se sont clôturées par le lancement de trois colombes blanches par le Chef de Cabinet du deuxième Vice-Président de la République, le Directeur du Bureau régional de l’UNESCO et la Représentante des jeunes. Ces colombes symbolisent la paix à étendre sur tout le pays car ces colombes ont pu voler et traverser plusieurs monts et vallées.

En marge des activités de lancement de la campagne, le Directeur du Bureau régional de l’UNESCO pour l’Afrique centrale et le Représentant de l’UNESCO à Libreville ont procédé à l’ouverture de trois ateliers de renforcement des capacités des radios locales, par le biais des TIC, et ont remis des équipements composés de téléphones portables et de jaquettes de reportage, créant ainsi des synergies entre Communication et Culture de la Paix. Ils ont également organisé des rencontres avec les autorités nationales en charge des secteurs de coopération avec l’UNESCO, à savoir le Ministre des Relations extérieures et de la Coopération internationale, la Ministre en charge de l’Education, le Ministre en charge de la Jeunesse, des Sports et de la Culture et le Ministre en charge de la communication et de l’information, l’Ombudsman du Burundi, le Conseiller principal du Président en charge des Questions sociales et culturelles ; les Représentants des Agences du Système des Nations Unies (PNUD, OHCDH, UNICEF, UNFPA, ONUFEMMES) ; les leaders des associations de femmes, de jeunes, de médias, les ONGs partenaires, la Chaire UNESCO en Education à la Paix, la Maison de la Presse ainsi que le Président du Conseil National des BASHINGANTAHE.

Galerie Photo

 




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page
t3test.com