» Plus que jamais, il est important que l’UNESCO et les États-Unis collaborent étroitement, déclare Irina Bokova...
15.10.2011 - ODG

Plus que jamais, il est important que l’UNESCO et les États-Unis collaborent étroitement, déclare Irina Bokova à Washington, D. C.

Les 13 et 14 octobre 2011, la Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, était à Washington, D.C., où elle a rencontré plusieurs dirigeants, ainsi que des représentants d’institutions partenaires, en vue d’obtenir que les États-Unis coopèrent plus étroitement avec l’Organisation et s’impliquent davantage dans ses activités.

Au cours de cette mission, la Directrice générale a souligné le rôle important que jouent les États-Unis et l’UNESCO à la poursuite d’objectifs communs tels que la lutte contre l’extrémisme et l’intolérance, la promotion de la liberté d’expression et l’édification de sociétés démocratiques. Elle a mis l’accent sur la nécessité de promouvoir le développement durable, notamment en dynamisant l’action menée au titre de la priorité accordée à l’Afrique, au moyen de stratégies et de programmes axés sur l’alphabétisation, l’éducation des filles et l’eau salubre.

Irina Bokova a rencontré des membres du Congrès et des fonctionnaires du National Security Council et du Département d’État, ainsi que des représentants de partenaires de l’UNESCO, comme la Fondation des Nations Unies, l’Heritage Foundation et la Smithsonian Institution.

Lors de ces entretiens, la Directrice générale a fait ressortir qu’il était important que les États-Unis s’engagent résolument aux côtés de l’UNESCO afin que l’Organisation puisse aller de l’avant dans la mise en œuvre de ses principales priorités – notamment par l’entremise de partenariats avec Procter et Gamble et la Fondation Packard, aux fins de la promotion de l’éducation des filles en Afrique ; avec Cisco, Microsoft, Intel et Apple iTunes, pour qu’il soit tiré un meilleur parti des technologies de l’information et de la communication dans le cadre de l’éducation ; avec la Fondation des Nations Unies, en faveur du développement durable et, notamment, de la conservation des sites inscrits au patrimoine mondial.

Tout au long de sa mission, la Directrice générale a insisté sur ce point : il est plus important que jamais, à l’heure de la mondialisation, que les États-Unis et l’UNESCO entretiennent de solides relations, afin que progressent le dialogue, la tolérance et les idéaux antiracistes, condition préalable à l’édification de sociétés démocratiques, où chacun trouve sa place.




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page