» Une Conférence à New Delhi pour discuter des défis relatifs à la gestion des médiathèques et des archives
05.02.2013 - Secteur de la Communication et de l'information

Une Conférence à New Delhi pour discuter des défis relatifs à la gestion des médiathèques et des archives

La gestion des médiathèques et des archives indiennes: Défis, Opportunités et bonnes pratiques - © UNESCO

La première Conférence nationale indienne sur les bibliothèques et archives médias s’est ouverte le 4 février à la Jawaharlal Nehru University (JNU) de New Delhi. L’événement, intitulé « La gestion des médiathèques et des archives indiennes : Défis, opportunités et bonnes pratiques », se déroule sur deux jours et est organisé en collaboration entre l’AMLA (Association of Media Libraries and Archives) et la JNU sous l’égide de l’UNESCO.

L’Inde est le plus grand dépôt de manuscrits au monde, et la conservation numérique y est donc perçue comme un problème urgent et de première importance. Les archives numérisées doivent être prise en charge de manière professionnelle si l’on veut qu’elles perdurent, qu’elles soient accessibles et qu’elles restent précises et authentiques.  

Ce sont plus de 150 bibliothécaires et archivistes venus des médiathèques indiennes qui se sont réunis pour débattre de la meilleure façon de conserver les documents historiques de leurs organisations et de les rendre disponible pour diffusion et usage académique. L’événement sera suivi d’une formation sur la numérisation, l’archivage numérique et la conservation numérique dans les médiathèques et archives parrainée par l’UNESCO et qui s’adressera à 80 participants sélectionnés.

La première séance de la Conférence a permis l’émergence d’un consensus sur l’importance et les bénéfices d’avoir des médiathèques bien gérées en Inde. Comme le souligne M. C. Kalbag, rédacteur en chef de Business Today (magazine d’affaires le plus répandu en Inde), les archives médias sont la première source pour l’étude de l’histoire postcoloniale et contemporaine de l’Inde. Cependant, de graves lacunes dans les méthodes de conservation des médiathèques, l’absence d’un modèle standard de conservation numérique ainsi que la difficulté d’accéder au savoir et à l’information ont créé des zones potentielles de mauvaise compréhension de l’histoire indienne.

M. Jawahar Sircar, Directeur général de Broadcasting Corporation of India (Prasar Bharati), a déclaré que la conservation de l’information numérique demande une attention plus constante que celle d’autre médias et que l’établissement d’une infrastructure numérique fiable est un défi organisationnel majeur face à l’évolution rapide et continue du secteur. Relever ce défi suppose un financement approprié, une expertise, un pilotage systématique et l’établissement de processus pour des prises de décision éclairées. C’est pourquoi une organisation doit déterminer les changements essentiels à apporter au fil du temps pour assurer la conservation numérique. Il a également souligné que seules quelques bibliothèques dirigées par les grandes firmes médiatiques indiennes possèdent un système correct pour la conservation, la récupération et l’accès alors même que les nouveaux médias sont le moyen le plus apte à capter l’air du temps ce qui rends leur conservation nécessaire. 

M. Shigeru Aoyagi, Directeur du Bureau de l’UNESCO de New Delhi, a affirmé que l’accession des documents numériques au statut de moyen principal de communication et de transfert d’information ainsi que leur courte espérance de vie doivent être source de préoccupation pour l’UNESCO. Ces préoccupations viennent soutenir le programme Mémoire du monde de l’UNESCO créé il y a 20 ans pour protéger, conserver et promouvoir le patrimoine mondial. Il a également mis en avant la prise de conscience d’un grand nombre d’institutions du besoin de développer des standards à l’échelle mondiale pour les contenus numériques afin de faciliter leur accessibilité et leur conservation. C’est pourquoi il est essentiel que les acteurs déterminent leurs rôles respectifs afin de corriger les déséquilibres concernant la propriété, la conservation, l’accessibilité et l’exploitation du patrimoine documentaire de l’Inde.




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page