» Progrès constructifs concernant le patrimoine et préparations pour le prochain cycle de programmes au Conseil...
04.05.2013 - Web Services

Progrès constructifs concernant le patrimoine et préparations pour le prochain cycle de programmes au Conseil exécutif de l’UNESCO

Executive Board

Le Conseil exécutif de l’UNESCO a conclu le vendredi 26 avril sa 191ème séance. Les discussions ont été intéressantes tant pour un accord établi par l’UNESCO pour mener une mission dans la vieille ville de Jérusalem – site classé au patrimoine mondial – que pour les progrès observés dans le but de définir la prochaine stratégie à moyen terme de l’Organisation et les programmes prioritaires pour les quatre années à venir.

Au cours de cette session, Israël et la Palestine ont convenu qu'une mission d'experts menée par l'UNESCO  pourrait évaluer l’état de conservation de la vieille ville de Jérusalem et de ses murs. La dernière mission de suivi a eu lieu en 2004 et le Comité du patrimoine mondial en réclamait une nouvelle durant les trois dernières années. Ce sera désormais le cas en juin. Le Conseil exécutif a félicité unanimement les deux parties pour cette réussite.

Irina Bokova, Directrice générale de l’UNESCO, a déclaré : « Ici l’UNESCO a œuvré à son plus haut niveau. Cet accord est un pas modeste, néanmoins important dans la résolution des problèmes de longue date au Moyen-Orient. Cette collaboration entre les États membres permet d’édifier une culture de la paix de façon très concrète ».

Le Conseil exécutif a également donné son accord pour adopter une stratégie à moyen terme d’ici 2021. Cette stratégie contient un nouvel énoncé de mission pour l’Organisation qui vise à classer « la paix » et « le développement durable et équitable » comme priorité fondamentale. L’Afrique et l’égalité entre  entre les genres demeurent les deux priorités globales. La stratégie sera examinée puis adoptée par la Conférence générale de l’UNESCO en novembre 2013.
Alissandra Cummins, Présidente du Conseil exécutif a félicité les Etats membres pour leur engagement à parvenir à un consensus à propos de ces décisions, au lieu de prendre des mesures vigoureuses de manière individuelle. Elle a affirmé : « Ce n’est que lorsqu’il existe une volonté de collaborer ensemble, encouragés par nos convictions que nous serons en mesure d’aller de l'avant et de progresser. Espérons que nous en tirerions des leçons. J’espère ardemment que le fait de passer de la théorie à l’action poussera le Conseil exécutif à continuer à prendre des décisions qui facilitent les progrès et qui se traduisent par des résultats sur le terrain ».


Le Conseil exécutif a convenu d’établir des moyens pour respecter les priorités programmatiques  dans le cas où l’UNESCO doit faire face à une réduction de trésorerie. Le budget de l’Organisation pour l’année 2014-15 pourrait être réduit de 653 à 507 millions de dollars en raison de l’arrêt du financement par certains États membres suite à l’admission de la Palestine par l’UNESCO l'année dernière. Afin d’être prêt à cette éventualité, le Conseil exécutif s’engage à travailler avec la Direction générale  afin de donner la priorité aux activités du programme, et que ainsi des réductions budgétaires soient faites si nécessaire. Un groupe de travail a été créé au sein du Conseil et soumettra des recommandations pour la séance spéciale qui aura lieu le 4 juillet.


La Présidente du Conseil a mis l’accent sur la nécessité de trouver une source de financement stable et prévisible afin de préserver le programme de l’UNESCO déclarant que « ceci est un puissant élan pour tous les États membres pour maintenir la viabilité de l’Organisation grâce à sa capacité à régler ses engagements financiers dans les délais. »
Au cours de la séance, les États membres ont exprimé leur vif soutien au nouveau de chef de file de l’UNESCO dans des domaines extrêmement variés, notamment:

  • Le pilotage du projet du Secrétaire général des Nations Unies « Initiative mondiale pour l'éducation avant tout  » ;
  • La gestion du nouveau Comité consultatif pour la science du Secrétaire général ;
  • La mobilisation des contributions pour « L’année internationale des Nations Unies pour la coopération dans le domaine de l’eau (2013) » suite à la demande de l’Assemblée générale des Nations Unies ;
  • Ainsi que la création d’une équipe de travail  inter-agence dont l’objectif est de se focaliser sur la Culture et le Développement au sein du Groupe de développement des Nations Unies

Cette équipe spéciale va pouvoir conseiller le Congrès International pour la culture, un élément essentiel pour le développement durable, qui aura lieu en mai prochain :  à Hangzhou, en Chine.


Le Conseil a également discuté de la contribution de l’UNESCO aux objectifs universels qui remplaceront les Objectifs du Millénaire pour le développement lorsque ces derniers prendront fin en 2015. Ainsi avec l'UNICEF  l’UNESCO  a proposé un nouvel objectif qui consiste à « Assurer un accès équitable pour une éducation pour tous de qualité ». Les membres du Conseil ont reconnu un besoin de définir des objectifs spécifiques outre les indicateurs dans tout le domaine de l’éducation, mais également pour la culture, la communication et les sciences, en particulier l’eau et la biodiversité.


Au cours de la discussion, le Conseil a passé en revue la feuille de route que l’UNESCO a créé afin de mettre en œuvre les recommandations de son auditeur externe.


18 objectifs de la feuille de route ont été atteints et plusieurs autres sont en cours de réalisation. Une nouvelle stratégie de partenariat mise en place dans le cadre de cette réforme définit l’engagement de l’UNESCO auprès de huit différents types de partenaires. Une vaste majorité des membres ont approuvé la réforme menée jusqu’à présent.




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page