» Les pays soutiennent l’Appel à l’action sur la violence homophobe et transphobe
18.10.2016 - Education Sector

Les pays soutiennent l’Appel à l’action sur la violence homophobe et transphobe

© UNESCO/Minister for Education for Uruguay, Maria Julia Muñoz, affirmed support for the Call for Action by Ministers during a visit with UNESCO Director General, Irina Bokova

Dans ce qui est l’une des plus grandes démonstrations de volonté politique de mettre un terme à la violence homophobe et transphobe dans l'éducation, des ministres du monde entier ont lancé un Appel à l’action.

Des pays continuent à apporter leur soutien à l’Appel à l’action qui a été lancé à la fin d'une Réunion ministérielle internationale de deux jours consacrée à la violence fondée sur l'orientation sexuelle et l'identité/expression de genre qui s’est tenue à l'UNESCO, à Paris, les 17-18 mai 2016. La réunion a rassemblé des ministres et des représentants de gouvernements, de la société civile, des institutions des Nations Unies et d'autres agences multilatérales, représentant au total 67 pays.

L’appel à l’action engage les pays à renforcer et à généraliser les réponses du secteur de l’éducation face à la violence homophobe et transphobe, pour garantir que les écoles soient des lieux où les enfants et les jeunes peuvent apprendre à l’abri des menaces et des violences. La liste complète des pays qui soutiennent l’appel à l’action des Ministres peut être consultée ici.

 

Au grand jour, le rapport mondial de l’UNESCO consacré à ce thème, constate la vulnérabilité particulière des élèves perçus comme non conformes aux normes sexuelles et de genre prédominantes, y compris les lesbiennes, les gays, les bisexuels ou les personnes transgenre (LGBT). Aux États-Unis, 85 pour cent des élèves LGBT ont été confrontés à la violence homophobe et transphobe à l'école. Les élèves qui ne sont pas LGBT mais dont l’expression de genre de genre est perçue comme non conforme sont également des cibles. Par exemple, en Thaïlande, 24 pour cent des élèves hétérosexuels ont été victimes de violences. 

 

Tolérance zéro à l’égard de toutes les formes de harcèlement

Se référant à la réunion de mai à l’UNESCO, le Ministre norvégien de l'Education et la Recherche, Torbjørn Røe Isaksen, a déclaré : « Ce n'est pas seulement terrible pour chaque élève ou parent concerné, c'est aussi un grave problème pour nos sociétés. Nous devons avoir une tolérance zéro à l’égard des harcèlements de toutes sortes et faire tout particulièrement attention aux groupes déjà vulnérables » a-t-il ajouté.

Madame Ellen Trane Nørby, ministre danoise de l’Enfance, de l’Égalité et de l’Education, a indiqué que le harcèlement homophobe et transphobe en milieu scolaire avait des conséquences graves sur le bien-être des enfants et des jeunes et pour leurs perspectives d’avenir.

L’appel ministériel à l’action est présenté dans une nouvelle publication du Bureau de la Représentante Spéciale du Secrétaire général des Nations Unies chargée de la violence à l’encontre des enfants (OSRSG), qui porte sur la protection des enfants contre le harcèlement et le cyber-harcèlement, lancée en octobre 2016 à l’occasion de l’Assemblée Générale des Nations Unies.

Les pays peuvent encore ajouter leur appui en faveur de l’appel ministériel à l’action. Les délégations permanentes auprès de l’UNESCO doivent contacter M. Christophe Cornu, Section de la Santé et de l’éducation, c.cornu (at) unesco.org et M. Yongfeng Liu yf.liu (at) unesco.org.

Lien




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page