» Un jeune Brésilien gravit les échelons grâce à l’éducation culturelle
28.07.2016 - Secteur des sciences sociales et humaines

Un jeune Brésilien gravit les échelons grâce à l’éducation culturelle

© All Rights Reserved

Je suis Natan Lopes da Silva et j’ai 24 ans. Je suis né à Santo Cristo, un quartier défavorisé de Rio de Janeiro.

Je n'ai pas choisi la danse. La danse m'a choisi ! Tout a commencé lorsque je me suis inscrit à l'école de ballet Santa Teresa dans la favela Morro da Coroa alors que j’étais adolescent. L'école fait partie d'un projet d'art et d’éducation supporté par l'UNESCO à travers le programme Criança Esperança. L'école ne se contente pas d’enseigner la danse, elle fournit aussi aux jeunes des cours de soutien gratuits dans des sujets divers tels que la lecture, l'écriture, la musique et d'autres activités culturelles.

J'ai commencé par apprendre la danse de salon, puis la danse de rue et, à 18 ans, je suis tombé amoureux de la danse classique.

Malgré mon amour pour la danse, je tenais à m’assurer une carrière stable. Après avoir obtenu un diplôme en conception technique, on m'a offert un bon travail dans une compagnie de gaz. Mais peu avant que je commence, mon père est décédé subitement dans un accident de voiture. Il pêchait et venait de travailler de longues heures au port Itaguai. Il s’est endormi derrière le volant. Mon père était mon rocher et je me suis senti complètement perdu après sa mort. J’ai commencé à me demander si je devais accepter le travail dans la compagnie de gaz ou suivre mes rêves en tant que danseur.

Mon professeur de danse a joué un grand rôle dans ma décision en m’ouvrant les yeux sur le fait que mon père aurait voulu que je suive mes rêves. Elle m’a dit : « Si tu fais ce que tu aimes, l'argent suivra ».

Je n’ai pas choisi la facilité. Le ballet exige du dévouement, de la concentration et de la discipline, toutes les valeurs que mon père aurait voulu m’inculquer. Aujourd’hui, j’enseigne à mon tour la danse deux fois par semaine et le reste du temps, je me consacre à l'étude de l'art.

Au Brésil, il est très difficile de gagner sa vie en tant qu’artiste, mais le meilleur conseil que mon père m'ait jamais donné est "N’abandonne jamais. Si tu rencontres un obstacle, construits un pont au-dessus." Il avait certainement raison parce que j’ai persévéré et, récemment, j’ai rejoint le Théâtre Municipal de Rio de Janeiro en tant que danseur. Tout cela montre à quel point des chaussons de danse peuvent faire avancer quelqu’un.

………………………………………………………………………………………………………

A travers diverses initiatives, le Programme Jeunesse de l'UNESCO continue à soutenir les jeunes pour incarner le changement qu'ils souhaitent voir à travers le monde.

Le Programme Jeunesse travaille sur le développement de programmes et de politiques qui créent un environnement bénéfique fondé sur les droits de l’homme où les jeunes peuvent prospérer, exercer leurs droits, retrouver de l'espoir et un sens de la communauté, et s'engager comme acteurs et innovateurs sociaux responsables.




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page