» Deeyah Khan et Jean-Michel Jarre, Ambassadeurs de bonne volonté de l’UNESCO, participent aux débats de Créer 2...
18.01.2019 - Honorary and Goodwill Ambassadors

Deeyah Khan et Jean-Michel Jarre, Ambassadeurs de bonne volonté de l’UNESCO, participent aux débats de Créer 2030

© Cyril Bailleul

Président de la Conférence Internationale de la Société des Auteurs et Compositeur (CISAC) et Ambassadeur de bonne volonté de l’UNESCO, Jean-Michel Jarre a prononcé l’allocution d’ouverture de la table-ronde sur l’intelligence artificielle, le 13 décembre 2018, au Siège de l’UNESCO, à Paris.

Cette table-ronde s’est inscrite dans le cadre des débats Créer 2030 qui se sont déroulés pendant les sessions ordinaires du Comité intergouvernemental de la Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles (2005).

Les débats ont porté sur l’impact de l’intelligence artificielle sur le statut de l’artiste et la capacité des industries culturelles à continuer d’offrir des emplois décents et rémunérer justement les artistes. Jean-Michel Jarre a plaidé pour que les créateurs obtiennent une juste rémunération de l'utilisation faite en ligne de leur travail créatif par les géants du numérique.

Une autre table-ronde sur la liberté artistique, à laquelle a participé Deeyah Khan, Ambassadrice de bonne volonté de l’UNESCO, a eu lieu dans le cadre des débats Créer 2030, dans l’après-midi. Des experts et artistes ont débattu du rôle des droits de la personne et des libertés d’expression dans la création. Ils ont fait état des menaces à la liberté artistique, notamment la surveillance numérique et le cyber harcèlement qui privent des artistes de leurs moyens d’expression et de subsistance.

La cinéaste et Ambassadrice de bonne volonté de l’UNESCO Deeyah Khan, intervenant sur la liberté d’expression, a souligné les défis que rencontrent les femmes artistes et indiqué qu’il est encore aujourd’hui plus difficile pour celles-ci de s’exprimer pleinement. Selon elle, il existe une certaine autocensure chez les femmes auteures, leur limitant la liberté artistique plus qu’aux hommes. Pour elle, il est nécessaire que des espaces de dialogue et d’expression soient maintenus et accrus pour l’expression artistique.

Rappelons que Jean-Michel Jarre contribue depuis sa nomination d’Ambassadeur de bonne volonté en 1993 à donner de la visibilité aux programmes de l’UNESCO, en participant notamment aux réflexions sur l’intelligence artificielle initiées par l’Organisation. Deeyah Khan quant à elle est devenue en 2016 la première Ambassadrice de bonne volonté de l’UNESCO pour la liberté artistique et la création.

 




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page