» L’Envoyé spécial de l’UNESCO Forest Whitaker invite chacun à revendiquer son droit à apprendre à lire
05.09.2016 - Education Sector

L’Envoyé spécial de l’UNESCO Forest Whitaker invite chacun à revendiquer son droit à apprendre à lire

Dans un entretien à l’occasion de la Journée internationale de l’alphabétisation, l’Envoyé spécial de l'UNESCO pour la paix et la réconciliation, Forest Whitaker, évoque son travail transformationnel auprès des jeunes au Soudan du Sud, ainsi que le rôle clé que joue l’alphabétisation dans le Programme de développement durable.

Quel impact a le programme d’alphabétisation que vous avez lancé récemment à Torit, au Soudan du Sud ?

Après avoir travaillé au Soudan du Sud pendant quelques années, nous avons demandé à quelques jeunes de nos communautés d’action ce dont ils avaient le plus besoin. La réponse la plus fréquente était : des livres.

Depuis lors, nous avons ouvert des Centres d’apprentissage communautaires – et il est prévu d’en ouvrir d’autres – au Soudan du Sud et en Ouganda. En collaboration avec l’UNESCO, nous organisons des cours d’alphabétisation pour ces communautés mal desservies et chaque centre dispose également d’une petite bibliothèque où chacun peut venir consulter des livres.

Jusqu’à présent, les résultats sont vraiment encourageants. La plupart de nos cours ciblent les femmes et les filles, dont les taux d’alphabétisme au Soudan du Sud en particulier sont beaucoup plus faibles que ceux des garçons et des hommes. Un autre aspect incroyablement positif de cette histoire est que ces centres sont devenus des lieux de rassemblement - certains accueillent des réunions communautaires ou des entraînements de football - ainsi que des endroits où les gens peuvent venir apprendre à lire.

Comment l’alphabétisation et l’apprentissage tout au long de la vie s’inscrivent-ils dans la construction de la paix et les autres Objectifs de développement durable ?

La promotion de l’alphabétisation et de l’apprentissage tout au long de la vie sont les piliers dont nous avons besoin pour atteindre les ODD et faciliter la construction de la paix au sens large. Il nous est impossible de progresser pour réduire les inégalités, encourager les modes de consommation responsables ou donner à chacun les moyens de vivre une vie saine si les individus n’ont pas la possibilité de se former. Selon moi, l’alphabétisation universelle est le point de départ pour avancer dans la réalisation de l’ensemble du programme de développement durable.

Pourquoi est-il si important d’autonomiser les jeunes et en particulier les femmes qui vivent dans des régions touchées par des conflits dans le monde ou dans les camps de réfugiés par le biais de l’éducation ?

Il est imptrtant que chaque femme et chaque homme ait une voix et puisse exprimer ses pensées ou ses besoins, et cela est d’autant plus nécessaire pour ceux qui sont touchés par la pauvreté, les conflits ou la violence. Trop souvent, ces personnes vulnérables ne sont pas entendues.

Je pense que les personnes au pouvoir doivent travailler avec ces populations vulnérables, en particulier les jeunes et les femmes, pour leur permettre de participer aux processus d’élaboration des politiques et de maintien de la paix.

L’amélioration des taux d’alphabétisation parmi les populations en situation de conflit leur permettra non seulement de participer davantage aux débats, mais aussi de communiquer, de partager des idées et de s’organiser entre elles. Ensemble, elles peuvent constituer un puissant moteur de changement.

Au vu des défis à venir en matière d’alphabétisation, quel message souhaiteriez-vous faire passer à la communauté internationale et, en particulier, aux jeunes ?

Je pense que la communauté internationale doit s’engager à ne laisser personne de côté, en particulier lorsqu’il s’agit d’alphabétisation. Dans le monde développé, le taux d’alphabétisation est proche de 100 %. Dans certains pays en développement, il se trouve encore en dessous de 50%. Si nous voulons progresser dans la réalisation du Programme de développement durable, cette situation doit changer.

Dans de nombreux pays, il existe encore un écart important entre les taux d’alphabétisation des hommes et des femmes. À l’échelle mondiale, l’écart total entre les sexes en matière d’alphabétisation est d’environ 7 %. C’est un autre aspect que nous devons corriger. Chaque personne – quels que soient son origine, son sexe ou son pays – a le droit d’apprendre à lire. Ce que je veux dire aux jeunes, c’est qu’ils devraient revendiquer et exercer ce droit.




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page
t3test.com