» La Directrice générale demande que la lumière soit faite sur la mort du journaliste colombien Guillermo Quiroz...
14.12.2012 - UNESCOPRESS

La Directrice générale demande que la lumière soit faite sur la mort du journaliste colombien Guillermo Quiroz Delgado

La Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, a demandé aujourd’hui qu’une enquête soit menée sur la mort du journaliste colombien Guillermo Quiroz Delgado, mort le 27 novembre de ses blessures alors qu’il se trouvait en détention.

« Je suis préoccupée par la mort de Guillermo Quiroz Delgado et je demande qu’une enquête soit menée sur ce cas », a déclaré la Directrice générale. « Il est important que les journalistes puissent exercer leur droit fondamental à la liberté d’expression pour mener à bien leur mission et alimenter le débat public. Cela implique que les actes de violence commis à leur encontre doivent faire l’objet d’une enquête et être portés devant la justice ».

            Guillermo Quiroz Delgado, 31 ans, travaillait comme journaliste à temps partiel pour la chaîne d’information sur le câble Notisabanas et écrivait des articles dans le journal El Meridiano. Il a été arrêté alors qu’il couvrait une manifestation dans la ville de San Pedro et transféré dans une unité de soins intensifs où il est mort le 27 novembre.

Guillermo Quiroz Delgado est le deuxième Colombien cette année à figurer dans le Mémorial UNESCO des journalistes assassinés. 

****

Contact médias : Sylvie Coudray, +33 (0) 1 45 68 42 12, s.coudray(at)unesco.org

 

L’UNESCO est l’agence des Nations Unies dont la mission consiste à défendre la liberté d’expression et la liberté de la presse. En vertu de l’Article premier de son Acte constitutif, l’Organisation est tenue « d’assurer le respect universel de la justice, de la loi, des droits de l’homme et des libertés fondamentales pour tous, sans distinction de race, de sexe, de langue, ou de religion, que la Charte des Nations Unies reconnaît à tous les peuples ». À cette fin, elle « favorise la connaissance et la compréhension mutuelle des nations en prêtant son concours aux organes d’information des masses ; elle recommande, à cet effet, tels accords internationaux qu’elle juge utiles pour faciliter la libre circulation des idées, par le mot et par l’image ».

 




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page