» La Directrice générale condamne le meurtre du journaliste cambodgien Hang Serei Oudom
20.09.2012 - UNESCOPRESS

La Directrice générale condamne le meurtre du journaliste cambodgien Hang Serei Oudom

La Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, a dénoncé aujourd’hui le meurtre du journaliste cambodgien spécialisé dans l’environnement Hang Serei Oudom et demandé qu’une enquête soit menée pour élucider ce crime.

« Je suis profondément préoccupée par le meurtre de Hang Serei Oudom », a déclaré la Directrice générale. «  Il s’agit du premier meurtre d’un journaliste commis au Cambodge depuis longtemps et je fais confiance aux autorités cambodgiennes pour faire leur possible afin de traduire les auteurs de ce meurtre en justice. Les crimes commis contre les professionnels des médias doivent être jugés afin d’éviter qu’un climat de peur ne compromette la capacité des journalistes à exercer leur droit professionnel et personnel à la liberté d’expression ».

Le corps de Hang Serei Oudom a été retrouvé le 11 septembre dans le coffre de sa voiture dans une plantation de noix de cajou au nord de la province de Ratanakiri. Ce reporter de 44 ans couvrait les questions environnementales pour le journal Vorakchun Khmer Daily.

Hang Serei Oudom avait travaillé sur des articles portant sur l’exploitation illégale des forêts. Il est le premier journaliste cambodgien tué dans l’exercice de ses fonctions depuis plusieurs années. La liste complète des journalistes assassinés se trouve sur le Mémorial UNESCO des journalistes assassinés. 

****

Contact médias : Sylvie Coudray, +33 (0) 1 45 68 42 12

 

L’UNESCO est l’agence des Nations Unies dont la mission consiste à défendre la liberté d’expression et la liberté de la presse. En vertu de l’Article premier de son Acte constitutif, l’Organisation est tenue « d’assurer le respect universel de la justice, de la loi, des droits de l’homme et des libertés fondamentales pour tous, sans distinction de race, de sexe, de langue, ou de religion, que la Charte des Nations Unies reconnaît à tous les peuples ». À cette fin, elle « favorise la connaissance et la compréhension mutuelle des nations en prêtant son concours aux organes d’information des masses ; elle recommande, à cet effet, tels accords internationaux qu’elle juge utiles pour faciliter la libre circulation des idées, par le mot et par l’image ».

 

 




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page