» La Directrice générale de l’UNESCO condamne l’assassinat du journaliste mexicain Angel Castillo Corona
19.07.2011 - UNESCOPRESS

La Directrice générale de l’UNESCO condamne l’assassinat du journaliste mexicain Angel Castillo Corona

La Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, a condamné l’assassinat d’Angel Castillo Corona, éditorialiste pour deux journaux régionaux et chargé de communication pour la municipalité d’Ocuilan.

« Je condamne l’assassinat brutal d’Angel Castillo Corona », a déclaré la Directrice générale. « Angel Castillo Corona n’est malheureusement que le dernier d’une longue liste de victimes sacrifiées sur l’autel de la liberté d’expression  au Mexique. J’appelle les autorités à ne ménager aucun effort afin de poursuivre les criminels qui utilisent la violence pour faire taire les médias ».

Le 4 juillet, des inconnus ont battu Angel Castillo Corona à mort sur la route reliant Ocuilan à Tiaguistenco. Son fils de 16 ans a également été tué au cours de l’attaque. Les assaillants de son père l’ont en effet renversé avec leur voiture d’après Reporters sans frontières. Angel Castillo Corona traitait des questions de politique locale pour les journaux régionaux Puntual et Diario de México.

Angel Castillo Corona est le troisième journaliste tué au Mexique en l’espace d’un mois : Pablo Ruelas Barraza, qui écrivait pour le Diario del Yaqui d’Huatabampo et El Regional de Sonora à Hermosillo a été tué à Sonora le 13 juin. Son confrère, Miguel Angel López Velasco, éditorialiste pour le quotidien en ligne Notiver, a été tué dans la ville de Veracruz, située sur la côte est, le 20 juin.

                                                        ***

L’UNESCO est l’agence des Nations Unies dont la mission consiste à défendre la liberté d’expression et la liberté de la presse. En vertu de l’Article premier de son Acte constitutif, l’Organisation est tenue « d’assurer le respect universel de la justice, de la loi, des droits de l’homme et des libertés fondamentales pour tous, sans distinction de race, de sexe, de langue, ou de religion, que la Charte des Nations Unies reconnaît à tous les peuples ». À cette fin, elle « favorise la connaissance et la compréhension mutuelle des nations en prêtant son concours aux organes d’information des masses ; elle recommande, à cet effet, tels accords internationaux qu’elle juge utiles pour faciliter la libre circulation des idées, par le mot et par l’image ».




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page