» La Directrice générale condamne le meurtre du journaliste daghestanais Hadzhimurad Kamalov
20.12.2011 - UNESCOPRESS

La Directrice générale condamne le meurtre du journaliste daghestanais Hadzhimurad Kamalov

La Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, a condamné aujourd’hui le meurtre d’Hadzhimurad Kamalov, journaliste daghestanais et militant des droits de l’homme. Il a été abattu le 15 décembre au cours d’une journée de commémoration des journalistes tués dans l’exercice de leurs fonctions dans la Fédération de Russie.

« Je condamne le meurtre d’Hadzhimurad Kamalov », a déclaré la Directrice générale. « Ce meurtre commis lors d’une journée de commémoration pour les journalistes assassinés porte un coup sévère à la liberté de la presse  et au droit des journalistes à mener à bien leur mission. J’exhorte les autorités à enquêter sur ce crime et à traduire ses auteurs en justice. La peur ne doit pas être utilisée pour museler les médias professionnels, priver les journalistes de leur droit fondamental et  barrer l’accès des citoyens à l’information ».

Hadzhimurad Kamalov a été abattu alors qu’il quittait les bureaux de Chernovik, le journal local indépendant qu’il avait fondé. Il était également le directeur exécutif de l’organisation Svoboda Slova (liberté d’expression).

D’après des sources russes citées par l’Institut international de la presse (IPI), Hadzhimurad Kamalov est le quatrième journaliste tué dans la Fédération de Russie depuis le début de l’année. L’IPI recense un total de 40 journalistes tués en Russie depuis 2000.

****

L’UNESCO est l’agence des Nations Unies dont la mission consiste à défendre la liberté d’expression et la liberté de la presse. En vertu de l’Article premier de son Acte constitutif, l’Organisation est tenue « d’assurer le respect universel de la justice, de la loi, des droits de l’homme et des libertés fondamentales pour tous, sans distinction de race, de sexe, de langue, ou de religion, que la Charte des Nations Unies reconnaît à tous les peuples ». À cette fin, elle « favorise la connaissance et la compréhension mutuelle des nations en prêtant son concours aux organes d’information des masses ; elle recommande, à cet effet, tels accords internationaux qu’elle juge utiles pour faciliter la libre circulation des idées, par le mot et par l’image ».

 

Mémorial UNESCO des journalistes assassinés 

 




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page