03.03.2015 - Culture Sector

Réouverture du Musée national de Bagdad

Créé en 1926, le Musée national de l'Irak se consacre à documenter et interpréter l'histoire de l'Irak et de ses environs, à travers ses collections constituées d’objets datant de ces 7000 dernières années. Parmi les objets de la collection les cultures sumériennes, akkadiennes, assyriennes, babyloniennes et islamiques sont représentées dans divers matériaux, comme le verre, la poterie, le métal, l’ivoire, et des parchemins.

Les principaux objets d’art incluent le vase sacré sumérien et le masque de Warka (4e millénaire avant J-C), la tête d'un souverain akkadien de Ninive (2250-2200 avant J-C), une dalle cunéiforme assyrienne de Nimrud (première moitié du 1e millénaire avant J-C), un lion de Babylone en terre cuite (19-18e siècle avant J-C) et un panneau de stuc de Samarra (9e siècle après J-C)

Ayant subis d'importants dégâts pendant la guerre du Golfe de 1990-1991, le Musée a été fermé jusqu’en Avril 2000. Le conflit armé en mars 2003 suivi du pillage  du Musée national en avril a conduit à la perte de plusieurs de ses objets de ses collections. Le nombre total de biens pillés est débattu, mais le personnel de la direction du Musée l’a estimé à environ 15 000 objets dont 5 000 précieux sceaux cylindriques. Selon la Direction du Musée, 4 300 objets sur les 15 000 pillés ont été récupérés.

Depuis la fermeture du Musée en 2003, les autorités et l'UNESCO se sont efforcées de coordonner l'aide internationale, avec les États membres, les communautés d'experts et les partenaires pour redonner vie au Musée national. Grâce au financement du Japon et de l'Italie, le laboratoire du musée a été restauré et un personnel spécialisé a été formé.

La Directrice générale de l'UNESCO, Irina Bokova, a félicité les autorités irakiennes pour la récente réouverture du Musée. Cette réouverture revêt une importance capitale : elle fait écho à la destruction délibérée d'autres pièces inestimables du pays conservées dans le Musée de Mossoul et dans la région de Ninive et confirme la volonté du gouvernement irakien et le soutien de la communauté internationale pour mettre en valeur ce musée emblématique comme moyen de défense contre l'intolérance, l'ignorance et la violence perpétrées aux témoignages du passé historique d'une nation, ses échanges culturels et sa diversité culturelle.




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page