» La Directrice générale de l’UNESCO condamne le meurtre du journaliste citoyen Abdul Ghani Kaakeh
16.05.2012 - UNESCOPRESS

La Directrice générale de l’UNESCO condamne le meurtre du journaliste citoyen Abdul Ghani Kaakeh

La Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, a déploré aujourd’hui le meurtre d’Abdul Ghani Kaakeh, un journaliste citoyen tué au cours d’une manifestation dans la ville d’Alep le 4 mai.

« Je dénonce le meurtre d’Abdul Ghani Kaakeh », a déclaré la Directrice générale. « Prendre pour cible des civils en train de filmer des manifestations en Syrie est une atteinte contre les droits humains les plus fondamentaux. C’est aussi une entorse au cessez-le-feu approuvé dans le cadre de la mission d’observation des Nations Unies   ».

D’après l’ONG Reporters sans frontières, Abdul Ghani Kaakeh, 19 ans, a été abattu d’une balle dans le cou alors qu’il était en train de filmer une manifestation. Il semble qu’il ait été visé en raison de ses activités. Abdul Ghani Kaakeh aurait en effet été arrêté plusieurs fois pour avoir mis des vidéos sur les manifestations sur Internet.

La mort d’Abdul Ghani Kaakeh porte à dix le nombre de journalistes et de travailleurs des médias tués en Syrie depuis le début des manifestations dans le pays l’année dernière. Ils sont recensés sur le site de l’UNESCO sur la page consacrée au Mémorial UNESCO des journalistes assassinés. 

****

Contact médias : Sylvie Coudray, +33 (0) 1 45 68 42 12

L’UNESCO est l’agence des Nations Unies dont la mission consiste à défendre la liberté d’expression et la liberté de la presse. En vertu de l’Article premier de son Acte constitutif, l’Organisation est tenue « d’assurer le respect universel de la justice, de la loi, des droits de l’homme et des libertés fondamentales pour tous, sans distinction de race, de sexe, de langue, ou de religion, que la Charte des Nations Unies reconnaît à tous les peuples ». À cette fin, elle « favorise la connaissance et la compréhension mutuelle des nations en prêtant son concours aux organes d’information des masses ; elle recommande, à cet effet, tels accords internationaux qu’elle juge utiles pour faciliter la libre circulation des idées, par le mot et par l’image ».

 




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page