» La Directrice générale condamne l'assassinat de trois professionnels des médias au Brésil
21.02.2014 - UNESCOPRESS

La Directrice générale condamne l'assassinat de trois professionnels des médias au Brésil

La Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, a exprimé aujourd’hui sa préoccupation suite aux meurtres de trois professionnels des médias au Brésil – le journaliste Pedro Palma, le cameraman José Lacerda da Silva et le journaliste de radio Edilson Dias Lopes – survenus lors d’incidents distincts. Irina Bokova a demandé une enquête approfondie sur ces trois cas.

« Je suis choquée par les meurtres de Pedro Palma, José Lacerda da Silva et Edilson Dias Lopes », a déclaré la Directrice générale. « Le lourd tribut payé par les professionnels des médias est dramatique et inacceptable et je demande aux autorités qu’une enquête approfondie soit menée pour chacun de ces cas et que les auteurs de ces meurtres soient traduits en justice. La liberté d'expression ne peut prospérer sous la menace des armes », a mis en garde Irina Bokova.

Pedro Palma, journaliste de l’hebdomadaire Panorama Regional, a été abattu devant son domicile dans une banlieue de Rio de Janeiro le 13 février.

José Lacerda da Silva, cameraman de la télévision régionale Cabo Mossoró, a été abattu par deux individus à bord d’une voiture à Mossoró dans la soirée du 16 février, selon Reporters sans frontières.

Edilson Dias Lopes, journaliste pour la radio communautaire Explosão Jovem FM, a été abattu dans la ville de Pinheiros, au nord de l'Etat de Espírito Santo, le 11 février, selon l'association des diffuseurs brésiliens, Abert.

Depuis le début de l’année 2013, la Directrice générale a condamné un total de dix assassinats de professionnels des médias au Brésil. Toutes ses déclarations peuvent être consultées en ligne.

****

Contact médias : Sylvie Coudray, +33 (0) 1 45 68 42 12

L’UNESCO est l’agence des Nations Unies dont la mission consiste à défendre la liberté d’expression et la liberté de la presse. En vertu de l’Article premier de son Acte constitutif, l’Organisation est tenue « d’assurer le respect universel de la justice, de la loi, des droits de l’homme et des libertés fondamentales pour tous, sans distinction de race, de sexe, de langue, ou de religion, que la Charte des Nations Unies reconnaît à tous les peuples ». À cette fin, elle « favorise la connaissance et la compréhension mutuelle des nations en prêtant son concours aux organes d’information des masses ; elle recommande, à cet effet, tels accords internationaux qu’elle juge utiles pour faciliter la libre circulation des idées, par le mot et par l’image ».

 




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page