» La Directrice générale dénonce le meurtre du caméraman de télévision libanais Ali Shaaban à la frontière avec ...
20.04.2012 - UNESCOPRESS

La Directrice générale dénonce le meurtre du caméraman de télévision libanais Ali Shaaban à la frontière avec la Syrie

La Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, a déploré aujourd’hui le meurtre par balles du journaliste de télévision Ali Shaaban, à proximité de la frontière syro-libanaise le 10 avril. Elle a demandé qu’une enquête soit menée sur ce crime survenu du côté libanais de la frontière.

« Je condamne le meurtre d’Ali Shaaban », a déclaré la Directrice générale. « Il est essentiel de respecter le statut de civils des journalistes et de reconnaître leur droit à exercer leurs responsabilités professionnelles. J’en appelle aux autorités concernées pour enquêter sur cet événement et faire en sorte que les journalistes puissent  mener à bien leur mission ».  

D’après Reporters sans frontières (RSF), Ali Shaaban, 32 ans, se trouvait dans une voiture avec deux collègues de la chaîne de télévision libanaise Al-Jadeed dans la zone frontière au nord du Liban.

Ali Shaaban a été tué alors qu’il était dans une voiture qui a été prise pour cible par des tirs dont l’origine n’a pas été identifiée. Ses collègues s’en sont sortis avec des blessures qui, selon RSF, ne mettent pas leur vie en jeu.

***

Contact médias : Sylvie Coudray, +33 (0) 1 45 68 42 12

 

L’UNESCO est l’agence des Nations Unies dont la mission consiste à défendre la liberté d’expression et la liberté de la presse. En vertu de l’Article premier de son Acte constitutif, l’Organisation est tenue « d’assurer le respect universel de la justice, de la loi, des droits de l’homme et des libertés fondamentales pour tous, sans distinction de race, de sexe, de langue, ou de religion, que la Charte des Nations Unies reconnaît à tous les peuples ». À cette fin, elle « favorise la connaissance et la compréhension mutuelle des nations en prêtant son concours aux organes d’information des masses ; elle recommande, à cet effet, tels accords internationaux qu’elle juge utiles pour faciliter la libre circulation des idées, par le mot et par l’image ».

 

Mémorial UNESCO des journalistes assassinés 

 




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page