» La Directrice générale dénonce le meurtre du journaliste de télévision syrien Suhail Mahmoud Al-Ali
10.01.2013 - UNESCOPRESS

La Directrice générale dénonce le meurtre du journaliste de télévision syrien Suhail Mahmoud Al-Ali

La Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, a exprimé sa profonde préoccupation concernant la poursuite des meurtres de journalistes en Syrie après la mort du reporter Suhail Mahmoud Al-Ali le 4 janvier.

« Je condamne le meurtre de Suhail Mahmoud Al-Ali », a déclaré la Directrice générale, qui a rappelé que la Syrie a été le pays le plus meurtrier pour les journalistes en 2012. « Je suis consternée par le nombre de victimes parmi les journalistes syriens et j’appelle toutes les parties à reconnaître le droit des reporters à continuer d’informer le public en période de conflit. Une nouvelle fois, j’appelle toutes les parties à respecter le statut civil des journalistes et leur droit fondamental à s’exprimer librement, conformément à la Déclaration universelle des droits de l’homme ».

            D’après l’ONG Reporters sans frontières (RSF), Suhail Mahmoud Al-Ali a succombé à ses blessures alors qu’il couvrait les combats dans la ville d’Alep.

Quarante-et-un journalistes professionnels et citoyens ont été tués en Syrie en 2012. Ils sont recensés dans le Mémorial UNESCO des journalistes assassinés. 

****

Contact médias : Sylvie Coudray, +33 (0) 1 45 68 42 12, s.coudray(at)unesco.org

 

L’UNESCO est l’agence des Nations Unies dont la mission consiste à défendre la liberté d’expression et la liberté de la presse. En vertu de l’Article premier de son Acte constitutif, l’Organisation est tenue « d’assurer le respect universel de la justice, de la loi, des droits de l’homme et des libertés fondamentales pour tous, sans distinction de race, de sexe, de langue, ou de religion, que la Charte des Nations Unies reconnaît à tous les peuples ». À cette fin, elle « favorise la connaissance et la compréhension mutuelle des nations en prêtant son concours aux organes d’information des masses ; elle recommande, à cet effet, tels accords internationaux qu’elle juge utiles pour faciliter la libre circulation des idées, par le mot et par l’image ».

 

 




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page