» La Directrice générale déplore le meurtre de la journaliste Leyla Yildizhin au nord de l’Iraq
12.08.2014 - UNESCOPRESS

La Directrice générale déplore le meurtre de la journaliste Leyla Yildizhin au nord de l’Iraq

La Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, a condamné aujourd’hui le meurtre de la journaliste Leyla Yildizh, également connue sous le nom de Deniz Firat, en Iraq.

« Je déplore le meurtre de Leyla Yildizh », a déclaré la Directrice générale. « Il est essentiel que toutes les parties impliquées dans le conflit qui touche la région respectent le statut civil des journalistes et leur droit à exercer leur profession dans des conditions de sécurité satisfaisantes. »

« Il est également important », a ajouté la Directrice générale, « que les médias s’assurent que les personnes qu’ils emploient dans les zones de conflit bénéficient d’une formation appropriée et du soutien des organisations professionnelles – un objectif soutenu par l’UNESCO ».

L’UNESCO a publié à cet effet avec Reporters sans frontières Handbook for Journalists, un manuel à destination des journalistes travaillant dans les zones dangereuses. Il  propose des orientations visant à réduire les risques encourus par les professionnels des médias en reportage.

Leyla Yildizh, photographe et journaliste de télévision pour l’agence de presse Firat, est morte au cours d’une attaque qui s’est produite le 8 août alors qu’elle effectuait un reportage dans le camp de réfugiés de Maxmur situé au nord de Mossoul, en Iraq. 

La Directrice générale publie des communiqués sur le meurtre des professionnels des médias conformément à la résolution 29 adoptée par les Etats membres de l’UNESCO au cours de la Conférence générale de 1997 intitulée « Condamnation de la violence contre les journalistes ». Une liste complète des journalistes assassinés ayant fait l’objet d’une condamnation par l’UNESCO est disponible en ligne.

****

Contact médias : Sylvie Coudray, +33 (0) 1 45 68 42 12

L’UNESCO est l’agence des Nations Unies dont la mission consiste à défendre la liberté d’expression et la liberté de la presse. En vertu de l’Article premier de son Acte constitutif, l’Organisation est tenue « d’assurer le respect universel de la justice, de la loi, des droits de l’homme et des libertés fondamentales pour tous, sans distinction de race, de sexe, de langue, ou de religion, que la Charte des Nations Unies reconnaît à tous les peuples ». À cette fin, elle « favorise la connaissance et la compréhension mutuelle des nations en prêtant son concours aux organes d’information des masses ; elle recommande, à cet effet, tels accords internationaux qu’elle juge utiles pour faciliter la libre circulation des idées, par le mot et par l’image ».

 

 

 




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page