» La Directrice générale souligne le rôle de l’éducation dans la prévention de l’extrémisme violent, à l’Univers...
07.04.2017 - ODG

La Directrice générale souligne le rôle de l’éducation dans la prévention de l’extrémisme violent, à l’Université de Salisbury

UNESCO

Le 6 avril, dans le cadre de sa visite aux États-Unis d’Amérique, la Directrice générale Irina Bokova a donné une conférence à l’Université de Salisbury (Maryland) sur le thème « Prévenir l’extrémisme violent au XXIe siècle : promouvoir une nouvelle génération de citoyens du monde ». Environ 400 étudiants et membres du personnel de l’Université ont assisté à l’événement, qui faisait partie du cycle de conférences « One Person Can Make a Difference » (« Une personne peut changer la donne ») organisé par le Bosserman Center for conflict resolution (« Centre Bosserman pour la résolution de conflits »).

À cette occasion, la Directrice générale s’est vu décerner la Médaille du Président de l’Université de Salisbury. « Je remets cette médaille à Mme Irina Bokova, Directrice générale de l’UNESCO, qui a consacré sa vie et sa carrière au service de la communauté mondiale des Nations, et a grandement contribué à ce que les filles bénéficient d’un accès égal à l’éducation et deviennent des femmes autonomes au sein de leurs communautés, ainsi qu’à faire progresser le dialogue entre les peuples et les nations en s’appuyant sur notre patrimoine commun et à promouvoir la diversité » a déclaré la Présidente de l’Université de Salisbury, Mme Janet Dudley-Eshbach.

Lors de sa conférence, la Directrice générale s’est interrogée sur les moyens de parvenir à la paix, sur les enjeux de son édification et sur les difficultés liées à son maintien. « Partout dans le monde, nous constatons que les conflits prennent de nouvelles formes et que la culture se retrouve en première ligne. […] Nous avons assisté à la destruction de monuments culturels irremplaçables et au pillage organisé au bénéfice du trafic illicite. […] Tout cela relève de la même stratégie de « nettoyage culturel », qui cherche à anéantir les identités en faisant disparaître le patrimoine et les marqueurs culturels », a-t-elle déclaré.

La Directrice générale a souligné l’importance du soft power – le pouvoir de persuasion – dans la lutte contre l’extrémisme violent et insisté sur le fait que la radicalisation, les fausses interprétations de la foi, la haine et l’intolérance ne pouvaient être combattues par le seul usage de la force. Elle a mis l’accent sur l’importance cruciale de l’éducation dans la promotion de la paix et la prévention de la radicalisation, en rappelant que la lutte contre l’extrémisme violent commençait sur les bancs de l’école.

« L’extrémisme violent est fabriqué, attisé. Les jeunes apprennent à haïr, nous devons leur enseigner la paix. Les extrémistes violents font régner la peur et la division, nous devons y répondre par les compétences, les possibilités d’engagement civique, de dialogue interculturel. Les extrémistes violents prêchent l’exclusion et la haine. Nous devons enseigner les droits de l’homme, la dignité, la tolérance et la solidarité. »

Évoquant le programme de l’UNESCO sur l’éducation à la citoyenneté mondiale, la Directrice générale a salué le professeur Brennen, Chaire UNESCO sur les communautés rurales, le leadership et le développement des jeunes. « Le professeur Brennen est l’un des plus grands promoteurs de l’UNESCO aux États-Unis. Sa contribution en matière d’éducation à la citoyenneté mondiale est remarquable », a-t-elle indiqué.

Cette manifestation était organisée à l’Université de Salisbury par le professeur Brian Polkinghorn, professeur émérite et Directeur exécutif du Bosserman Center for Conflict Resolution à l’Université de Salisbury, et le professeur Mark Brennen, responsable de la Chaire UNESCO sur les communautés rurales, le leadership et le développement des jeunes à l’Université de l’État de Pennsylvanie (États-Unis).




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page