» L’Equateur et le Pérou travaillent en faveur de la nomination de la première réserve de biosphère transfrontal...
05.08.2016 - Natural Sciences Sector

L’Equateur et le Pérou travaillent en faveur de la nomination de la première réserve de biosphère transfrontalière en Amérique du Sud

Intervenants clés de l'Equateur et du Pérou se sont réunis pour discuter de la proposition de la première réserve de biosphère transfrontalière en Amérique du Sud (Macara, Equateur, Août 2016). © UNESCO/Jorge Ellis

La proposition de créer la première réserve de biosphère transfrontalière en Amérique du Sud a progressé le 2 août, lorsque les principaux acteurs se sont réunis à Macara, en Equateur, pour discuter le dossier de candidature. Des représentants du ministère de l'Environnement de l'Equateur et le du Service national des zones naturelles protégées du Pérou (SERNANP) ont collaboré quant à cette proposition, avec le soutien de spécialistes de la Coopération allemande (GIZ), l'ONG Naturaleza y Cultura Internacional et des Bureaux de l’UNESCO à Quito et Lima.

Les présidents de l'Equateur et le Pérou ont pris une décision conjointe de proposer la création d'une réserve de biosphère transfrontalière lors de la réunion présidentielle et la XIème Réunion du Cabinet binationale des Ministres à Jaen, Pérou, en Décembre 2015. Cette nouvelle proposition de réserve de biosphère transfrontalière inclurait la Réserve de biosphère Bosque Seco dans le sud de l'Equateur, nommée en 2014, ainsi que la Réserve de biosphère du Noroeste-Amotapes Manglares dans le nord du Pérou, désignée en 1977 et élargie en 2016.

Ce processus est réalisé dans le cadre du projet « Réserves de biosphère en tant qu’outil pour la gestion des zones côtières et les îles du Pacifique Sud Oriental" (BRESEP), qui est coordonné par le Programme MAB avec le soutien du Gouvernement flamand du Royaume de Belgique.

L'objectif de BRESEP est de créer et de renforcer les réserves de biosphère existantes dans les zones côtières et les îles de la côte ouest du Chili, Colombie, Equateur, Panama et Pérou. Le projet vise également à promouvoir les réserves de biosphère comme outils pour des projets innovants à valeur ajoutée aux activités socio-économiques locales et de sensibiliser et renforcer les capacités des parties prenantes dans la région.
Le dossier de candidature devrait être finalisé lors des deux prochaines réunions qui auront lieu dans les semaines à venir et soumis au Secrétariat du Programme sur l’Homme et la biosphère (MAB) en Septembre 2016. Cette proposition sera évaluée par un comité consultatif qui émettra une recommandation. La décision finale d'inclure une nouvelle réserve de biosphère au Réseau mondial sera alors prise par le Conseil international de coordination (CIC) du Programme MAB.

Plus d'information




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page
t3test.com