» L’éducation est essentielle pour prévenir les grossesses adolescentes
11.07.2017 - Education Sector

L’éducation est essentielle pour prévenir les grossesses adolescentes

[Translate to francais:] @UNHCR

L’UNESCO a publié de nouvelles recommandations fondées sur des données probantes concernant le rôle clé que joue l’éducation dans la prévention et la prise en charge des grossesses précoces et non désirées.

Le lancement de la fiche technique ‘Early and unintended pregnancy: Recommendations for the education sector’ (Grossesses précoces et non désirées : Recommandations à l’intention du secteur de l’éducation) coïncide avec le Sommet de la planification familiale 2017 qui se tiendra à Londres le 10 juillet 2017, où l’UNESCO confirmera son engagement à soutenir la contribution des secteurs nationaux de l’éducation à mettre fin au sida et à promouvoir une meilleure santé et un meilleur bien-être pour tous les enfants et les jeunes, en particulier les filles.

Les pays en développement représentent 95 % des naissances chez les adolescentes, et les filles sont 5 fois plus susceptibles de devenir mères lorsqu'elles ont un faible niveau de scolarité. Les grossesses précoces et non désirées ont des effets néfastes sur la vie des adolescentes en termes de santé, de situation économique et sociale et de résultats scolaires. Les risques sont notamment l’expulsion de l'école et de la maison, la stigmatisation par la famille, la vulnérabilité à la violence, une plus grande pauvreté et la mortalité maternelle et les complications de santé. En effet, les complications liées à la grossesse et à l'accouchement sont la deuxième cause de décès chez les 15-19 ans, avec environ 70 000 adolescentes touchées chaque année.

Une éducation plus poussée permet de réduire la fécondité

L'éducation peut contribuer efficacement à résoudre ce problème, chaque année d'éducation supplémentaire entraînant une réduction de 10 % de la fécondité. Une étude de 58 programmes en Inde a révélé que les filles qui suivaient une scolarité secondaire avaient 70 % moins de chances de se marier précocement que les filles analphabètes.

Cependant, à l'heure actuelle, il n'existe pas de directives opérationnelles pour le secteur de l'éducation sur la manière de lutter contre les grossesses précoces et non désirées. La fiche technique définit cinq domaines d'action prioritaires, qui encouragent les politiques de réinsertion, l’éducation sexuelle complète pour la prévention de la grossesse, l'accès aux services de santé scolaire et un environnement scolaire sûr pour les filles.

« La grossesse doit être abordée dans le cadre plus large des compétences pour la vie ou de l’éducation sexuelle, et non comme un sujet marginal et distinct », a dit Joanna Herat,  responsable principale de projet à l’UNESCO. « Le fait de l’intégrer dans les compétences pour la vie ou l’éducation sexuelle signifie également que le sujet est abordé avec les filles comme avec les garçons – en reconnaissant que les élèves, aussi bien les garçons que les filles, ont un rôle à jouer pour prendre des décisions pour une vie sexuelle saine, aujourd’hui et demain ».

Les ministères de l’éducation doivent envoyer un signal fort

La fiche, produite par l’UNESCO en collaboration avec l’UNFPA, la Fondation Ford et Step Up, Strengthening evidence for programming on unintended pregnancy (consolidation des données pour une programmation surles grossesses non désirées), s’appuie sur une étude de données et des recommandations détaillées.

L’étude a été commandée afin d’aider les ministères de l’éducation et les partenaires du secteur à comprendre les effets des grossesses précoces et non désirées ainsi que les actions nécessaires pour les prévenir, tout en veillant également à ce que toutes les filles, notamment celles qui sont enceintes et mères, puissent faire valoir leur droit à l’éducation dans un environnement scolaire sûr et favorable.

Les ministères de l'éducation et les autres parties prenantes œuvrant en collaboration peuvent apporter des changements durables en matière de prévention et de prise en charge des grossesses précoces et non désirées. Bien que des progrès considérables soient accomplis pour améliorer l'accès et la rétention des filles dans le système scolaire, la mise en œuvre des politiques concernant les grossesses précoces et non désirées doit être renforcée pour permettre aux filles de poursuivre leur éducation dans un environnement sûr et favorable.

La lutte contre les grossesses précoces et non désirées contribue par ailleurs à la réalisation de plusieurs Objectifs de développement durable, notamment la lutte contre la pauvreté et la promotion de modes de vie plus sains ainsi que la réalisation de l’égalité entre les sexes et la construction de sociétés pacifiques et inclusives.

Le Sommet de la planification familiale de Londres sera l’occasion pour l’UNESCO de renforcer sa collaboration avec les autres partenaires et de signer la Déclaration sur les données mondiales relatives aux adolescents. Ce nouvel engagement permettra d’améliorer la collecte, l’utilisation et les rapports sur les données afin de répondre aux besoins de santé sexuelle et reproductive des adolescents par le biais de politiques et de programmes plus efficaces.

Liens :




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page