» L’éducation est essentielle pour un avenir vert, déclare la Directrice générale de l’UNESCO à la COP22
16.11.2016 - Education Sector

L’éducation est essentielle pour un avenir vert, déclare la Directrice générale de l’UNESCO à la COP22

© UNFCC - UNFCCC Executive Secretary Patricia Espinosa and Director-General Irina Bokova present the Action for Climate Empowerment Guidelines to HRH Princess Lalla Hasnaa at COP 22

« Ancrer la durabilité commence sur les bancs de l’école », a affirmé la Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, lors d’un panel de haut niveau organisé dans le cadre d’une journée entièrement consacrée à l’éducation durant la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques (COP22) à Marrakech, au Maroc, le 14 novembre 2016.

« Nous assistons incontestablement à une reconnaissance croissante du fait que l’éducation n’est pas un « complément » mais une partie intégrante de toute stratégie de lutte contre les changements climatiques, et la clé pour un avenir vert », a-t-elle dit. « Pour la première fois, nous avons un objectif autonome convenu sur le plan international qui fait spécifiquement référence à l’éducation en vue du développement durable dans sa cible 4.7. Cet objectif ne met pas seulement l’accent sur la scolarisation de tous les enfants, mais aussi sur ce qu’ils apprennent – sur les aptitudes et les compétences pour la citoyenneté mondiale et le développement durable ».

Parmi les intervenants à la manifestation parallèle intitulée « L’éducation – Un moteur pour intensifier l’action en faveur du climat » figuraient Mme Patricia Espinosa, Secrétaire exécutive de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC), S.A.R. la Princesse Lalla Hasnaa du Maroc et le Ministre de l’éducation nationale et de la formation professionnelle du Maroc, M. Rachid Benmokhtar Benabdellah. Le sujet principal de leurs discussions était de savoir comment l’éducation peut  améliorer la mise en œuvre de l’agenda sur le climat.

Mme Bokova a souligné que les Objectifs de développement durable et l’Accord de Paris sur les changements climatiques devaient être considérés conjointement comme une feuille de route unique pour l’humanité et la planète, l’éducation y occupant une place centrale. « Nous n’arriverons pas à mettre en œuvre l’Accord de Paris sur les changements climatiques sans mener des efforts de sensibilisation, sans changer les comportements et les mentalités, sans mobiliser les gouvernements, la société civile et le secteur privé, sans améliorer le statut des enseignants. L’éducation est le point de départ. L’économie verte ne fonctionnera pas sans une société verte et des citoyens qui soient conscients des enjeux du changement climatique ».

« Il est de notre devoir de collaborer avec l’UNESCO et la CCNUCC en vue de développer et d’améliorer l’éducation environnementale, en particulier en ce qui concerne le climat », a déclaré S.A.R. la Princesse Lalla Hasnaa, Présidente de la Fondation Mohammed VI pour la protection de l’environnement.

Mme Espinosa a affirmé que le temps était venu de mettre en œuvre le « monumental » Accord de Paris qui exige de « sensibiliser, de former et de responsabiliser les individus ».

Aux côtés de Mme Espinosa, Mme Bokova a lancé un nouveau document d’orientation à l’intention des décideurs, élaboré par l’UNESCO et la CCNUCC et intitulé “Action for Climate Empowerment: Guidelines for accelerating solutions through education, training and public awareness” (Action pour l’autonomisation climatique : directives pour accélérer l’élaboration de solutions par l’éducation, la formation et la sensibilisation du public).

« Ces directives sont au cœur même de notre mission conjointe visant à établir des normes et à fournir des conseils à nos États membres », a indiqué Mme Bokova. « Chacun d’entre eux – des petits États insulaires en développement vulnérables aux nations industrialisées développées – doit renforcer son action ». Les directives proposent un plan clair en 10 étapes pour donner aux parties prenantes les moyens de trouver et de mettre en œuvre des solutions au changement climatique par le biais d’une approche stratégique, globale et axée sur les résultats.

L’UNESCO a également lancé une nouvelle publication dans le cadre de son Rapport mondial de suivi sur l’éducation (GEM), intitulée “PLANET: Education for environmental sustainability and green growth(PLANÈTE : L’éducation au service de la durabilité environnementale et d’une croissance verte), qui examine comment l’éducation permet aux individus de mieux affronter les dangers associés aux changements climatiques et de réduire leur vulnérabilité face à ces derniers. « PLANET met en lumière la nécessité pour les écoles et les enseignants de viser plus loin qu’un simple transfert de connaissances. Nos écoles et nos programmes d’apprentissage tout au long de la vie doivent mettre l’accent sur les perspectives économiques, environnementales et sociales qui aident à former des citoyens responsables, critiques et compétents », a déclaré Manos Antoninis, analyste principal des politiques du GEM.

Le 14 novembre a été désigné journée thématique pour l’éducation, et de nombreux événements soutenus par l’UNESCO ont eu lieu toute la journée. La conférence sur le climat offre l’occasion de s’assurer que l’Accord de Paris, notamment son article 12 sur l’éducation en vue du développement durable, soit mis en pratique.




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page