» Faire du développement durable une réalité: les réserves de biosphère
09.07.2012 -

Faire du développement durable une réalité: les réserves de biosphère

© Göthenbur, Advanced study in handicraft in Mariestad - Lake Vänern Archipelago, Sweden

Le développement durable est un concept vaste et ouvert, changeant selon le contexte, au point qu’il peut être difficile de le figurer concrètement. Un programme unique en son genre en fait l’expérience en conditions réelles depuis plus de 40 ans.

Le programme de l’UNESCO sur l’Homme et la biosphère (MAB) vise à réconcilier la conservation de la diversité biologique avec les besoins socio-économiques et l’intégrité culturelle, en résumé, le développement durable. Le terme biosphère désigne tout l'espace qui permet la vie sur terre, donc la partie inférieure de l'atmosphère et la couche extérieure de la planète solide, y compris les mers, l’eau et le sol. Sans la biosphère, il n'y aurait pas de vie humaine, animale ou végétale.

Au fil du temps, les activités du MAB se sont progressivement concentrées sur le Réseau mondial de réserves de biosphère, des sites d’excellence où de nouvelles pratiques sont testées et développées pour une meilleure gestion des ressources naturelles et des activités humaines. Les réserves de biosphère ne sont pas des parcs naturels, elles comprennent des communautés et des zones urbaines. Elles encouragent des modèles de développement durable fondés sur des données scientifiques solides et un développement économique respectueux de l’environnement et des valeurs culturelles des populations locales. Souvent, elles disposent de systèmes de gouvernance hautement novateurs et participatifs, dont découlent des initiatives appliquant de manière innovantes les principes du développement durable. Elles ont acquis une forte reconnaissance et sont souvent utilisées comme laboratoires pour le suivi du changement climatique et l’atténuation de ses effets.

Le Réseau mondial comprend 580 sites dans 114 pays, et le Conseil international de coordination du Programme sur l’Homme et la biosphère (MAB-CIC) désignera de nouveaux sites la semaine prochaine. Le Réseau est un outil de coopération internationale exceptionnel permettant le partage des connaissances, les échanges d’expériences, le développement des capacités et de mettre les bonnes pratiques en avant. Pendant les préparatifs de la 24e session du MAB-CIC, nous présenterons sur ce site des exemples d’initiatives de développement durable qui sont actuellement testées et mises en œuvre dans les réserves de biosphère. Cherchez-les sur notre site !

Il est certain que les premiers sites s’attachaient en priorité à des initiatives de recherche et de protection. Au départ, il y avait peu de planification concrète permettant l’application des principes du développement durable. Un mécanisme s’est ensuite mis en place afin de combler l’écart entre concept et réalité : un système d’examen périodique qui permet d’évaluer, tous les dix ans, l’évolution des différente fonctions de la réserve, qu’il s’agisse de la conservation, la recherche, l’éducation et le développement durable. C’est également l’occasion de procéder à une large consultation des acteurs et à un travail collectif permettant de revoir le fonctionnement de la réserve de biosphère.

Trente-deux rapports d’examen périodique soumis par 21 pays seront examinés par le MAB-CIC en cours de sa 24e session, à paris, du 9 au 13 juillet 2012. Le conseil débattra de la démarche à suivre pour ceux des sites qui ne sont pas ou plus en mesure de remplir les critères correspondant aux réserves de biosphère, tels que les définissent le Plan d’action de Madrid, d’ici à 2013 (mise à jour du zonage, définition de stratégies combinant des initiatives de recherche, de conservation et de développement durable, etc.). Ces sites ont une forte valeur sociale et une importance internationale en termes de recherche sur l’interaction humains/environnement. L’une des options qui sera abordée porte sur la possibilité de créer une nouvelle catégorie de sites de soutien/d’étude pour le programme MAB.

Au cours de cette session, le Conseil international de coordination du MAB se prononcera sur les nouvelles réserves de biosphère et sur les extensions de réserves existantes. Au total, 22 pays ont proposé des sites ou extensions.

Le Conseil international de coordination du MAB examinera également les candidatures pour les Bourses l’Homme et la biosphère pour les jeunes scientifiques. Chaque année depuis 1989, dix jeunes chercheurs se voient ainsi attribuer des bourses d’un montant pouvant aller jusqu’à 5000 dollars afin de soutenir leurs recherches sur les écosystèmes, les ressources naturelles et la biodiversité.

Le lauréat de la bourse Michel Batisse sera également désigné au cours de cette session. La bourse Michel Batisse récompense les efforts entrepris pour gérer une réserve de biosphère. Dotée de 6000 dollars, elle est attribuée tous les deux ans.

Le premier point de l’agenda portait sur l’élection du nouveau président du Conseil. Le conseil a élu, à l’unanimité, la Professeure Boshra B. Salem, experte du développement durable des écosystèmes de zones arides originaire d'Égypte. La Professeure Salem est la première femme à assumer cette fonction.

Plus d’informations:




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page