» Le premier rapport des Nations Unies sur les Objectifs de développement durable fixe le cadre de référence pou...
25.07.2016 - Education Sector

Le premier rapport des Nations Unies sur les Objectifs de développement durable fixe le cadre de référence pour l’éducation

Le premier rapport des Nations Unies sur l’ensemble des 17 Objectifs de développement durable montre qu’en dépit des progrès accomplis pour garantir des opportunités d’éducation de qualité, il faut redoubler d’efforts, en particulier pour atteindre les enfants vulnérables.

À l’occasion du lancement du tout premier rapport sur les Objectifs de développement durable dans le cadre du programme mondial de développement adopté en 2015, le Secrétaire général Ban Ki-moon a déclaré, le 19 juillet, que le nouvel agenda international avait « pris un bon départ », mais qu’il nécessitera la collaboration de l’ensemble des institutions et des partenaires des Nations Unies. Il a indiqué que les données du rapport fixaient le cadre de référence des travaux du Programme de développement durable pour les 15 prochaines années.

L’UNESCO a été chargée de diriger et coordonner la réalisation de l’objectif de développement durable 4 entièrement consacré à l’éducation. Il est notamment ressorti du rapport que les enfants avaient moins de chances d’aller à l’école s’ils vivaient dans des régions rurales, s’ils étaient pauvres ou si leurs parents étaient peu ou pas éduqués. En 2013, la dernière année pour laquelle des données sont disponibles, 59 millions d’enfants en âge d’aller à l’école primaire et 65 millions d’adolescents de l’âge du premier cycle du secondaire n’étaient pas scolarisés, dont une majorité de filles. Les enfants en âge d’être scolarisés dans l’enseignement primaire issus des 20 % de foyers les plus pauvres avaient quatre fois plus de risques de ne pas aller à l’école que leurs camarades les plus riches.

Les inégalités persistent dans le monde

Certaines données concernant l’apprentissage tout au long de la vie – un thème central du nouvel agenda international – sont encourageantes.

Les chiffres concernant la petite enfance ont montré que dans 54 des 58 pays, au moins la moitié des enfants âgés entre 3 et 4 ans étaient sur la bonne voie en termes de développement dans au moins trois des domaines suivants : lecture-calcul, développement physique, développement socio-émotionnel, et apprentissage.

Dans le deuxième cycle du secondaire et dans l’enseignement supérieur, les nouvelles sont mitigées. Bien que les inscriptions dans l’enseignement et la formation techniques et professionnels (EFTP) aient augmenté d’un tiers entre 2000 et 2013, la participation à l’EFTP seule a chuté de 26 % à 22 %. L’enseignement supérieur a connu une expansion rapide sur la même période, les inscriptions ayant doublé à l’échelle mondiale et augmenté de 2,5 fois dans les régions en développement, avec à peu près le même nombre d’hommes et de femmes.

Toutefois, les inégalités persistent dans le monde. En 2013, 757 millions d’adultes ne savaient toujours ni lire ni écrire, dont deux-tiers étaient des femmes. Dans seulement 5 des 22 pays de régions en développement, au moins 75 % des jeunes atteignaient un niveau de maîtrise de base en lecture et/ou mathématiques – un résultat beaucoup plus faible que dans les pays plus développés.

L’importance des données

Ces données soulignent la nécessité d’une action ciblée en faveur des plus marginalisés. Afin de s’assurer que ces groupes et individus soient identifiés, l’Institut de statistique de l’UNESCO a lancé cette semaine un e-Atlas innovant, conçu pour servir de guichet unique de données sur l’éducation. Entre autres fonctions, la carte fournit des informations détaillées sur les disparités entre les sexes, la pertinence de l’éducation, la sécurité de l’environnement scolaire et le nombre d’adultes qui suivent des programmes d’éducation de base. L’outil aidera à orienter les politiques afin de garantir des opportunités d’éducation pour tous.

Lien




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page