» Pour un secteur de la musique plus favorable aux droits des femmes au Sénégal
31.03.2017 - UNESCO Office in Dakar

Pour un secteur de la musique plus favorable aux droits des femmes au Sénégal

©UNESCO

Pour la deuxième fois, la Fédération Internationale des Musiciens (FIM) et l’Association des métiers de la musique (AMS) ont organisé un atelier de renforcement de capacités des acteurs du secteur de la musique au Sénégal. Du 21 au 24 mars 2017, les participants ont échangé sur les techniques de négociation collective dans le but de doter le Sénégal d’une convention collective des métiers de la musique, une première dans le continent. Cet instrument juridique permettra de créer un environnement favorable au respect des droits et du statut des artistes musiciens au Sénégal.

En 2016, un premier atelier sous régional avait abouti à l’adoption de la Déclaration de Dakar sur l’égalité femmes/hommes dans le secteur de la musique et à l’identification de pistes concrètes d’actions pour 2017. Sur cette base, le deuxième atelier a fortement mis l’accent sur le besoin d’adresser les divers défis liés à la maternité, mais également aux violences et aux disparités salariales auxquelles les femmes sont confrontées dans ce secteur.

« Le progrès de toute société dépend de l’émancipation de l’ensemble de ses citoyens, à travers le respect des droits humains et des libertés fondamentales d’expression et artistique. Source d’innovation, de dynamisme, de progrès économique et social, la reconnaissance des femmes et des jeunes filles comme des vecteurs du développement durable est essentielle » a rappellé M. Gwang-Chol Chang, directeur du bureau de l’UNESCO à Dakar. Pour cette raison, l’UNESCO se joint aux associations internationales d’artistes et acteurs du secteur culturel, tels que la FIM, l’AMS, et l’association Tringa Musiques et Développement.

« Nous attendons comme résultats la juste prise en compte des femmes de la musique comme travailleuses au même titre que leurs collègues hommes, une implication accrue des femmes et jeunes filles dans les instances dirigeantes de l’AMS et un développement du leadership féminin dans le secteur de la musique » conclût M. Daniel Gomez, Président de l’AMS. La structure s’est ainsi fixée l’objectif pour 2017 d’améliorer la situation des musiciennes à travers la mise en œuvre de projets tels que la création d’une cellule d'écoute sur le harcèlement et les violences, ainsi que l’élaboration et la large diffusion d’une charte parité et égalité Femmes/Hommes dans le secteur de la musique.




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page