» Tentative de record mondial de la plus grande expérience scientifique en 2011 dans le cadre de l’Année interna...
18.01.2011 - UNESCOPRESS

Tentative de record mondial de la plus grande expérience scientifique en 2011 dans le cadre de l’Année internationale de la chimie

© Joe Sullivan/Wikimedia Commons

Les élèves des écoles primaires et secondaires du monde entier sont invités à participer à la tentative de record du monde de la plus grande expérience scientifique jamais lancée dans le cadre de l’Année internationale de la chimie (AIC) 2011. Le coup d’envoi de cette expérience sera donné lors du lancement officiel de l’Année par l’UNESCO et son partenaire, l’Union internationale de chimie pure et appliquée (IUPAC), à l’occasion d’un colloque organisé les 27 et 28 janvier au siège de l’UNESCO.

L’Expérience de chimie mondiale, « L’eau : une solution chimique », invite ainsi les élèves de l’enseignement primaire et secondaire à mener des expériences sur la qualité de l’eau (tester sa salinité, son acidité, apprendre à la filtrer, la distiller) afin que les enfants de tous âges prennent conscience de la nécessité de traiter cette ressource vitale qu’est l’eau. Une fois ces tests réalisés, les enfants auront la possibilité de reporter les résultats de leur expérience sur une carte interactive en ligne. Cette expérience pourrait devenir la plus grande expérience de chimie jamais organisée. 

Une seconde initiative, le Projet de visualisation du changement climatique, s’adresse aux lycéens et aux étudiants du monde entier. A travers 13 leçons interactives, il s’agit d’inviter les jeunes à mieux appréhender les phénomènes scientifiques à l’origine du  changement climatique, ses conséquences sur l’environnement et d’évaluer le rôle joué par l’homme dans ce phénomène. Un site internet, contenant des vidéos et des résultats d’expériences concrètes, rassemblera toutes les ressources relatives à cette initiative. 

« Le développement responsable et l’utilisation raisonnée de la chimie sont des conditions essentielles pour relever les défis du monde actuel : comment nourrir une population croissante, comment améliorer sa santé et comment se développer de façon durable ? L’Année internationale de la chimie doit être l’occasion d’une réflexion approfondie sur ces thèmes », a déclaré Irina Bokova,  Directrice générale de l’UNESCO. « Nous devons réapprendre à utiliser de façon responsable les immenses possibilités que nous offre la chimie dans le but de conserver et changer la vie pour le bien commun ». 

Ouvert par la Directrice générale de l’UNESCO, et Nicole Moreau, présidente de l’IUPAC, le colloque de lancement réunira de nombreuses personnalités internationales du monde de la chimie, parmi lesquelles plusieurs lauréats du prix Nobel.  Il s’intéressera notamment, le 27 janvier, à la contribution de la chimie au monde moderne, à la place des femmes dans cette discipline et aux liens entre chimie et développement durable. La journée du 28 sera consacrée quant à elle à l’examen des liens entre la chimie et différentes thématiques comme la santé, l’énergie, les matériaux, la nutrition et les aspects économiques et sociaux. 

Parmi les participants figurent notamment le Pr Hélène Langevin-Joliot (France), directeur de recherche au Centre national de la recherche scientifique (CNRS) et petite-fille de Marie Sklodowska Curie ; le Pr Jean-Marie Lehn (France), lauréat du prix Nobel de chimie en 1987 ; Ada Yonath (Israël), prix L’Oréal-UNESCO pour les femmes et la science 2008 et lauréate du prix Nobel de chimie en 2009 ou encore le Pr Yuan Lee (Taïwan, Chine), lauréat du prix Nobel de chimie en 1986. 

C’est en 2008, lors de sa 63ème session, que l’Assemblée générale des Nations Unies a proclamé 2011 Année internationale de la chimie. Elle en a confié l’organisation à l’UNESCO et à l’IUPAC. L’AIC, dont le slogan est « la chimie –notre vie, notre avenir », a notamment pour objectif de sensibiliser le grand public au rôle majeur joué par la chimie et de mettre en valeur les solutions qu’elle peut apporter aux défis actuels. Face au désintérêt d’un grand nombre d’étudiants pour les disciplines scientifiques et notamment la chimie, l’AIC entend aussi susciter l’intérêt des jeunes pour cette discipline. Il s’agit aussi de célébrer la contribution des femmes à la chimie, cent ans après l’attribution du prix Nobel de chimie à Marie Sklodowska Curie. 

« Depuis l’attribution du prix Nobel de chimie à Marie Sklodowska Curie il y a cent ans, seules trois femmes ont reçu cette distinction prestigieuse. Le monde a besoin de plus de femmes lauréates », a déclaré Irina Bokova.

 

Un numéro spécial du Courrier de l’UNESCO, La chimie et la vie, sera disponible à partir du 27 janvier.

 




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page