» Le Guatemala prévoit de mettre en place un dispositif de protection des journalistes
02.12.2013 - Communication & Information Sector

Le Guatemala prévoit de mettre en place un dispositif de protection des journalistes

A la pointe des agences des Nations Unies dans la liberté de la presse et la sécurité des journalistes, l’UNESCO salue donc avec espoir l’annonce faite hier par le gouvernement du Guatemala. Le pays s’apprête en effet à mettre en place un nouveau dispositif de protection des journalistes.

Selon une récente publication du gouvernement, le Guatemala figure dans la liste des cinq pays du monde qui ont connu le plus de crimes contre les journalistes depuis vingt ans.

Au cours des dix dernières années, plus de 600 journalistes ont été assassinés dans le monde. Parmi les crimes commis contre les journalistes, seul un sur dix en moyenne fait l’objet d’une enquête et de sanctions par la loi.

Au vu de cette situation préoccupante à l’échelle mondiale, les directeurs des fonds, des agences et des programmes des Nations Unies se sont tous réunis pour adopter en avril 2012 le Plan d’action des Nations Unies sur la sécurité des journalistes et la question de l’impunité.

Ce Plan ainsi que sa stratégie de mise en œuvre proposent des mesures politiques concrètes que le Guatemala pourra utiliser comme point de départ dans l’élaboration plus détaillée de son dispositif, complétant ainsi les grandes lignes énoncées hier.

L’UNESCO rappelle qu’en tant qu’organisation neutre et internationale spécialiste du sujet, l’agence est disposée à encourager le dialogue entre les différentes parties concernées : les journalistes, les médias, les organisations de la société civile, les universités, les gouvernements et les pouvoirs judiciaires et législatifs. Ce processus coopératif peut contribuer au bon développement et à la mise en œuvre du plan national du Guatemala ainsi que de son suivi.

L’UNESCO est également actif dans d’autres pays, collaborant avec les pouvoirs judiciaires au Brésil, la police en Tunisie ou encore les mécanismes nationaux de coordination au Pakistan. Grâce au partage de ces expériences et de celles acquises au Guatemala, l’organisation remplit sa mission consistant à promouvoir la sécurité des journalistes par la coopération et l’échange des connaissances dans les relations Sud-Sud.

Au Guatemala, l’UNESCO applique déjà un ensemble d’indicateurs sur la sécurité des journalistes. Les résultats de cette enquête fourniront une base de référence à la fois pour le suivi des évolutions de la sécurité des journalistes et pour les débats entre parties concernées sur la mise en œuvre du dispositif présenté hier.




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page