» Valorisation du dividende démographique de l’Afrique : investir dans la jeunesse
19.09.2016 - ODG

Valorisation du dividende démographique de l’Afrique : investir dans la jeunesse

© UNESCO/Bob Krasner -UNESCO Director-General speaking at the High Level meeting on Strengthening Partnership to Accelerate Africa’s demographic dividend, United Nations, New York, September 2016.

Le 19 septembre, Mme Irina Bokova, Directrice générale de l’UNESCO, a participé à une réunion de haut niveau intitulée « Renforcement des partenariats en vue d’accélérer le dividende démographique de l’Afrique – Projet d’autonomisation des femmes du Sahel et de dividende démographique (AFSDD) », organisée conjointement par le Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA) et la Banque mondiale, au Siège de l’Organisation des Nations Unies à New York.

Cette manifestation s’est déroulée en présence du Président du Burkina Faso, S. E. M. Roch Marc Christian Kaboré, au côté des chefs d’État et de gouvernement du Bénin, S. E. M. Patrice Talon, de la République centrafricaine, S. E. M. Faustin-Archange Touadera, de la Côte d'Ivoire, S. E. M. Alassane Ouattara, du Libéria, S. E. Mme Ellen Sirleaf Johnson, du Malawi, S. E. M. Peter Mutharika, du Niger, S. E. M. Mahamadou Issoufou, du Sénégal, S. E. M. Macky Sall, de l’Ouganda, S. E. M. Yoweri Museveni, et de S. E. M. Idriss Déby, Président du Tchad et Président de l’Union africaine. Mme Erna Solberg, Première Ministre de la Norvège, y a également pris part.

La manifestation a réuni les six pays qui mettent en œuvre le projet AFSDD, ainsi que des représentants d’autres pays intéressés, de hauts responsables de l’UNFPA, de la Banque mondiale et de l’Organisation des Nations Unies, et des personnalités éminentes d’institutions internationales et du secteur privé.

L’objectif était d’examiner les progrès accomplis dans la mise en œuvre du projet AFSDD, d’étudier de nouvelles formes de partenariat stratégique pour renforcer les effets de cette initiative sur la vie des gens et d’étudier la possibilité de l’étendre à d’autres pays africains afin de s’assurer qu’ils profitent aussi du dividende démographique.

« Tirer le meilleur parti du dividende démographique de l’Afrique implique d’autonomiser les jeunes, en particulier les filles et les femmes », a déclaré le Président du Burkina Faso. « Nous avons besoin de nouvelles politiques de la jeunesse et d’une éducation plus inclusive, notamment d’une éducation complète à la sexualité ».

La Directrice générale de l’UNESCO a souligné à quel point cette manifestation arrivait à point nommé.

« Le moment ne pouvait être mieux choisi, un an après l’adoption du Programme de développement durable à l'horizon 2030 », a-t-elle déclaré. « Pour réussir, nous devons mettre l’accent sur les accélérateurs de succès et ce, dès les bancs de l’école ».

« L’éducation est un facteur de durabilité dans tous les domaines du développement », a déclaré Mme Bokova. « Respecter les engagements en faveur de l’éducation d’ici à 2030 pourrait empêcher le décès de 3,5 millions d’enfants entre 2040 et 2050, uniquement en Afrique subsaharienne. »

La Directrice générale a notamment insisté sur la nécessité d’autonomiser les filles « pour favoriser l’émergence d’une nouvelle génération de dirigeants et soutenir les familles et les sociétés tout entières ».

Elle a souligné les nombreux exemples d’innovation dans la région, qui sont essentiels pour tirer parti du dividende démographique – notamment en matière d’éducation et d’alphabétisation, comme le reconnaît l’UNESCO.

« Il est indispensable de renforcer les partenariats en vue d’autonomiser les jeunes, qui doivent être au centre du développement, eux qui sont le plus gros atout de l’Afrique », a déclaré M. Babatunde Osotimehin, Directeur exécutif du Fonds des Nations Unies pour la population.

« Pour favoriser un nouveau type de développement, il est nécessaire de mettre en place de nouveaux dialogues stratégiques et partenariats multiparties prenantes, pour créer de nouveaux emplois, de nouvelles possibilités pour les jeunes », a déclaré M. Keith Hansen, Vice-Président pour le développement humain de la Banque mondiale.




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page
t3test.com