» Exploiter les nouvelles technologies pour améliorer la qualité de l’éducation
15.03.2017 - ODG

Exploiter les nouvelles technologies pour améliorer la qualité de l’éducation

© ITU/M. Jacobson - Gonzalez -UNESCO Director-General, Irina Bokova, and John Galvin, Intel, at Broadband Commission Working Group on Education meeting, 15 March 2017.

Le 15 mars, Mme Irina Bokova, Directrice générale de l’UNESCO, et M. John Galvin, Vice-Président d’Intel, ont coprésidé la réunion du Groupe de travail sur l’éducation de la Commission « Le large bande » lancée récemment, dont l’objet est d’exploiter le pouvoir des nouvelles technologies pour améliorer l’accès à l’éducation et sa qualité, en mettant l’accent sur l’identification des aptitudes et des compétences numériques nécessaires pour le présent et l’avenir.

Le groupe de travail s’est réuni dans la Région administrative spéciale de Hong Kong (Chine), avec la participation du Président de la République du Rwanda, S. E. M. Paul Kagame, du Président de la Fondation Carlos Slim, M. Carlos Slim Helú, représenté par M. Carlos Jarque, et du Secrétaire général de l’Union internationale des télécommunications, M. Houlin Zhao.

« La révolution numérique doit être une révolution du développement pour tous. Cela signifie qu’il faut élargir l’accès aux TIC et au haut débit. Cela signifie qu’il faut également s’assurer que chaque individu, fille ou garçon, femme ou homme, dispose des compétences nécessaires pour tirer le meilleur profit des nouvelles technologies », a déclaré la Directrice générale.

 « Notre objectif est d’édifier des sociétés du savoir inclusives, où chacun participe et toutes les voix sont entendues », a-t-elle souligné.

John Galvin a rappelé l’importance du leadership pour mener à bien la révolution numérique dans l’éducation – dans les politiques, dans les écoles, à l’intérieur et à l’extérieur des salles de classe, avec et pour les étudiants.

« Je crois que notre point de départ est clair : l’éducation est un droit humain indispensable à la dignité et à l’autonomisation, ainsi qu’un vecteur de changement pour les sociétés et les économies », a ajouté Irina Bokova.

Elle a souligné que les nouvelles technologies pouvaient être un moteur essentiel pour la mise en œuvre du Programme de développement durable à l'horizon 2030, notamment de l’Objectif de développement durable 4 : assurer l’accès de tous à une éducation de qualité, sur un pied d’égalité, et promouvoir les possibilités d’apprentissage tout au long de la vie d’ici à 2030.

Évoquant les prochaines étapes nécessaires pour y parvenir, la Directrice générale a expliqué que le groupe de travail s’employait principalement à identifier les compétences numériques utiles pour les sociétés d’aujourd’hui et de demain et à définir comment les politiques publiques peuvent contribuer au mieux à mettre en œuvre ce Programme, par le biais de nouvelles stratégies éducatives, de nouvelles méthodes au sein du secteur de l’éducation et de nouveaux partenariats.

« Dans cet esprit, je pense que le recueil que nous préparons ouvrira de nouvelles perspectives non seulement pour l’éducation, mais également pour les sociétés dans leur ensemble », a déclaré la Directrice générale.

Créée en 2010, la Commission « Le large bande au service du développement durable » est composée de plus de 50 dirigeants issus de divers organismes publics et secteurs de l’industrie. Elle s’emploie à soutenir activement des pays, des experts des Nations Unies et des ONG, et à tirer pleinement parti du potentiel des TIC pour mener des stratégies nationales en lien avec les Objectifs de développement durable dans des domaines clés tels que l’éducation, les services de santé, l’égalité des genres et la gestion de l’environnement.




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page