» Des océans sains : une nouvelle clé pour combattre le changement climatique
25.10.2009 -

Des océans sains : une nouvelle clé pour combattre le changement climatique

« Puisque les océans ont déjà absorbé 82% de l'ensemble de l'énergie supplémentaire accumulée sur la planète à cause du réchauffement climatique mondial, il est juste de dire qu'ils nous ont déjà bien protégés contre les dangers du changement climatique » explique Patricio Bernal, Sous-Directeur général de l'UNESCO, Secrétaire exécutif de la Commission Océanographique Intergouvernementale (COI).

«Mais chaque jour, nous produisons environ 25 millions de tonnes de carbone qui sont absorbés par les océans. En conséquence, les océans sont en train de devenir plus acides, ce qui constitue une énorme menace pour les organismes marins pourvus de structures calcaires. »

Un fond « carbone bleu », capable d'investir dans l'entretien et la réhabilitation des écosystèmes clés marins doit être considéré par les gouvernements désireux de lutter contre le changement climatique. Le rapport qui vient d’être publié sur le rôle des océans dans le stockage du CO2, appelle à réagir d’urgence. Il estime aujourd'hui que les émissions de carbone –ce qui équivaut à la moitié des émissions annuelles du secteur du transport mondial– sont saisies et stockées par les écosystèmes marins tels que les mangroves, les marais salés et les herbiers marins. Une combinaison de la réduction du déboisement sur les terres, alliée à la restauration et la préservation de ces écosystèmes marins pourrait fournir jusqu'à 25% des réductions d'émissions nécessaires pour éviter un "dangereux changement climatique.

Un Appel à réagir d’urgence

Le rapport réalisé par trois agences des Nations Unies et d'éminents scientifiques a été récemment publié. Ce rapport indique que, loin d’entretenir et conserver ces puits de carbone naturel, l’humanité au contraire les dégrade à un rythme accéléré. Le rapport estime que « jusqu'à 7 % de ces « carbone bleu » sont détruits chaque année, soit sept fois plus vite qu'il y a cinquante ans. » « Si nous n'agissons pas pour conserver ces écosystèmes vitaux, ils pourraient disparaître d'ici vingt ans » précise le rapport « Blue Carbone : The Role of Healthy Oceans in Binding Carbon » présenté par le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE), l'Organisation pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) et l'UNESCO.




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page