» Mettre en valeur des figures exemplaires dans la campagne mondiale contre l’extrémisme violent
23.09.2016 - ODG

Mettre en valeur des figures exemplaires dans la campagne mondiale contre l’extrémisme violent

© UNESCO/Bob Krasner

Le 22 septembre, dans le cadre de la 71e session de l’Assemblée générale des Nations Unies, un hommage a été organisé au Metropolitan Museum of Art à l’initiative d’un groupe d’universitaires, de représentants du secteur privé, de journalistes et d’acteurs de la société civile afin de mettre en valeur des figures exemplaires dans la campagne contre l’extrémisme violent. La cérémonie a été animée par Wolf Blitzer, journaliste de CNN.

L’Ambassadeur Ronald Lauder a ouvert la cérémonie en rendant un hommage émouvant à la vie et à l’œuvre d’Elie Wiesel, « figure emblématique de la paix », en présence de Marion Wiesel.

D’autres intervenants étaient présents, notamment Daniel Weiss, Président du Metropolitan Museum of Art ; Herbie Hancock, Ambassadeur de bonne volonté de l’UNESCO ; Stephanie Ruhle, présentatrice sur la chaîne MSNBC ; Emily Rafferty, icône de la vie culturelle new-yorkaise, l’Archevêque de New York Timothy Dolan, ainsi que Yury Fedotov, Directeur exécutif de l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC).

Une attention particulière a été consacrée au Cardinal Pietro Parolin, Secrétaire d’État du Saint-Siège – représenté par l’Archevêque Bernardito Auza, Observateur permanent du Saint-Siège auprès des Nations Unies ; à M. Ali Goma’a, Grand Mufti émérite d’Égypte – dont M. Waleed El-Ansary était l’envoyé spécial ; ainsi qu’au Rabbin Arthur Schneier, fondateur et Président de la Fondation Appeal of Conscience, en reconnaissance de leur rôle mobilisateur en faveur de la paix et de la compréhension interreligieuse.

Le Rabbin Schneier a déclaré : « tout le monde a droit à la liberté ; nous devons rester unis face à la terreur. »

L’Observateur permanent du Saint-Siège a évoqué l’importance de la coopération et du dialogue entre toutes les femmes et tous les hommes.

M. Waleed El-Ansary a souligné l’importance du « dialogue pour dissiper la méfiance due à des malentendus. »

Mme Nadia Murad, Ambassadrice de bonne volonté de l’ONUDC pour la dignité des survivants de la traite des personnes, s’est appuyée sur sa propre expérience tragique en tant que survivante Yazidi ayant fui le conflit et la captivité dont elle était victime en Iraq, pour lancer un appel poignant à agir « pour que toutes les femmes et tous les enfants, tous les opprimés soient libres, afin de résister tous ensemble, pour le bien de l’humanité entière. »

Partageant cette vision, Mme Hasfat Mohammed a évoqué son histoire et son engagement en tant qu’enseignante au Nigéria, contribuant à la défense des enfants contre la propagande de Boko Haram. « Le combat pour la paix doit être un combat collectif pour la paix – pour la maternité, pour les enfants ; il ne doit jamais cesser. »

« C’est un combat pour les droits de l’homme et la dignité humaine, et pour notre humanité commune. Pour le mener à bien, nous avons besoin de champions », a déclaré Mme Irina Bokova. « Nous avons besoin de femmes et d’hommes sans peur, qui résistent, font entendre leur voix, écrivent, aident les autres, les incitent à agir, dans les journaux, les écoles, les camps, les salles de réunion, la société civile et les lieux de culte. »

« Ces figures exemplaires viennent du monde entier car tous considèrent l’humanité comme une seule famille, partageant les mêmes droits et une égale dignité » a déclaré Mme Bokova. 

La Directrice générale s’est exprimée aux côtés de Mme Sara Bloomfield, Directrice du Musée mémorial de l’Holocauste (États-Unis), de l’Ambassadrice Mme Esther Coopersmith, de Mme Meera Gandhi, fondatrice et Directrice générale de la Giving Back Foundation, de Mme Francine Lefrak, du Conseil pour le leadership des femmes de Harvard, de Mme Deborah Lehr, Présidente de la Coalition pour les antiquités, et de Mme Catherine Reynolds, fondatrice et Directrice générale de la Fondation Catherine B. Reynolds.

Le rôle de chefs de file d’Abdihafid Yussef Abdi (Kenya), de Nicholas Kristof (États-Unis), de Turki Al-Dakhil (Arabie saoudite), d’une équipe d’étudiants de l’Institut de technologie de Rochester,‎ de Serge et Beate Klarsfeld (France et Allemagne),‎ d’Emanuel Jal (Soudan du Sud) et de Li Yongjun (Chine) a également été souligné lors de la cérémonie.

« Ce combat doit commencer à la racine », a déclaré Mme Bokova. « Tel est le message de l’Acte constitutif de l’UNESCO. Nous devons mener une bataille planétaire pour préserver les cœurs et les esprits actuels, en commençant par ceux des plus jeunes. Nous devons développer l’esprit critique, les possibilités de participation civique, les compétences pour le dialogue interculturel. Nous devons inculquer les valeurs des droits de l’homme, de la tolérance et de la solidarité. »

 




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page
t3test.com