» Comment l’éducation peut-elle prévenir la violence et le harcèlement à l’école basés sur la discrimination eth...
08.02.2017 - Education Sector

Comment l’éducation peut-elle prévenir la violence et le harcèlement à l’école basés sur la discrimination ethnique ?

© Ewha Womans University / ISVP

L’UNESCO a organisé un atelier sur l’éducation à la citoyenneté mondiale dans le cadre du « Colloque international sur la violence et le harcèlement à l’école : des données à l’action » qui s’est tenu à Séoul, en République de Corée.

L’atelier, qui s’est tenu le 17 janvier 2017, s’est penché sur la façon dont l’éducation à la citoyenneté mondiale (ECM) peut aider à développer les connaissances, les aptitudes, les attitudes, les valeurs et les comportements nécessaires pour prévenir la violence et le harcèlement à l’école basés sur la discrimination ethnique.

La session a rassemblé une quarantaine de participants, parmi lesquels des enseignants, des chefs d’établissement, des responsables des ministères, des élèves et des professionnels des collèges, des universités et des organisations non gouvernementales.

L’atelier avait pour but de présenter la publication de l’UNESCO intitulée « Éducation à la citoyenneté mondiale : Thèmes et objectifs d’apprentissage » et d’offrir une plate-forme pour échanger des expériences et des idées sur les moyens de développer des pédagogies adéquates basées sur les trois domaines de l’apprentissage – cognitif, socio-émotionnel et comportemental – afin de lutter contre la violence et le harcèlement à l’école.

Durant l’atelier, les participants ont été répartis en groupes pour travailler sur des études de cas de harcèlement spécifiques basés sur la discrimination ethnique. Les études de cas leur ont fourni des exemples de violence scolaire contextualisés, tirés de la vie réelle.

Solidarité, empathie et respect des autres

S’appuyant sur leurs propres expériences ainsi que sur les thèmes et objectifs d’apprentissage, les participants ont pu réussir à identifier des moyens d’utiliser l’ECM pour prévenir ou réduire la violence scolaire dans leur étude de cas spécifique. Tous ont souligné l’importance de développer la solidarité, l’empathie et le respect des autres. Ce sont des caractéristiques clés de l’apprentissage dans le domaine socio-émotionnel de l’ECM qui, selon les participants, faisaient particulièrement défaut dans toutes les études de cas de harcèlement.

L’importance de l’engagement civique et l’aptitude à devenir des agents du changement positif ont également été mis en avant. Les pédagogies spécifiques consistent notamment à sensibiliser aux préjugés, à travailler sur des projets collaboratifs dans différentes communautés et à favoriser le dialogue dans les écoles. L’atelier a donné aux participants une excellente occasion d’envisager les concepts de l’ECM comme un cadre utile pour prévenir et réduire la violence et le harcèlement à l’école.

Christopher Castle, chef de la Section de la santé et de l’éducation de l’UNESCO, et Helen Bond, professeure associée d’éducation à l’Université Howard à Washington, D.C, ont animé la session. Les personnes-ressources invitées à partager leurs expériences au sein des groupes de discussion étaient Omar Mohammed, coordonnateur national du Réseau du système des écoles associées de l’UNESCO à Trinité-et-Tobago, et Hilda Khoury, directrice de la DOPS et chargée du dossier de la violence scolaire/de la préparation de la Politique de protection de l’enfance du secteur de l’éducation au Liban.




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page
t3test.com