» En Indonésie, l’apprentissage de l’égalité des genres commence dès le plus jeune âge
10.03.2017 - Secteur de l'éducation

En Indonésie, l’apprentissage de l’égalité des genres commence dès le plus jeune âge

© UNESCO Jakarta

Les enfants rigolent en s’alignant dans leurs costumes. Parmi eux, une fille est habillée en chef, et un garçon ressemble à un marin. Deux autres sont déguisés en généraux de l’armée et une fille porte des lunettes de soleil. Au centre d’éducation de la petite enfance PAUD KM 0 ‘Mekar Asih’, les enfants apprennent à rêver grand et on leur dit qu’ils peuvent devenir ce qu’ils veulent.

Le centre a été créé en tant que projet pilote visant à promouvoir l'égalité entre les sexes dès le plus jeune âge, et le modèle s'étend progressivement à des dizaines de milliers de centres de la petite enfance dans plus de 300 districts et villes de 34 provinces d'Indonésie. Lancé par la Direction pour le développement de l’éducation de la petite enfance du Ministère de l’éducation et de la culture, il a été récompensé du Prix UNESCO pour l'éducation des filles et des femmes en 2016 pour son approche novatrice.

Selon Ella Yulaelawati, qui a reçu le Prix au nom de la Direction,
un centre d'éducation de la petite enfance sensible au genre utilise des méthodes d'enseignement et des matériels d'apprentissage qui sont exempts de stéréotypes et de préjugés sexistes, dans un environnement sûr qui fait participer tous les élèves de la même manière. « Avant, les manuels et les livres d'histoires représentaient toujours les femmes dans des positions de subordination ou des tâches domestiques », dit-elle. « Par exemple, « Maman fait la cuisine, papa lit le journal, Ani (la fille) arrose les plantes, et Ali (le fils) fait de la bicyclette ». « Cela a créé des stéréotypes sur les filles et les femmes occupant des rôles domestiques plutôt que des fonctions de diplomates ou d’autres emplois du secteur public à l'avenir. »

Lutter contre les stéréotypes de genre

Le centre a introduit des matériels d'apprentissage exempts de stéréotypes de genre, notamment une salle de jeux de rôles où les enfants s'habillent dans des tenues représentant différentes professions. Les enseignants sont encouragés à devenir des agents efficaces du changement en faveur de l'égalité entre les sexes, et les parents participent de différentes façons, y compris dans le cadre de séances durant lesquelles les pères racontent des histoires. « Puisque la plupart des enseignants dans les groupes de jeu et les jardins d'enfants sont des femmes, nous encourageons la présence des pères en classe, qui jouent le rôle de modèles pour les élèves, en particulier pour les garçons », a dit Mme Yulaelawati.

La Direction fait également participer les mères et les associations de femmes. Elle collabore avec de grands groupes de femmes dans les provinces, les districts et les villes en offrant des formations, des ateliers et des campagnes multimédias. Le programme a déjà considérablement amélioré la fréquentation des filles dans cinq provinces à travers le pays. Le Ministère de l'éducation et de la culture a également créé « Bunda PAUD », les Mères pour l'éducation de la petite enfance, qui encourage les épouses des membres du gouvernement, de la Première Dame Irina Jokowi, aux femmes des gouverneurs, des maires et des régents, à promouvoir l’accès inclusif à l’éducation et à la protection de la petite enfance de qualité.
« L’intégration des questions de genre dès le plus jeune âge a pour but de construire le caractère de l’enfant de sorte qu’il puisse comprendre ce que signifie l’égalité entre les sexes », dit Kurniati Restuningsih, chef de la sous-direction des programmes scolaires. « Le Ministère de l’éducation et de la culture encourage l’intégration des questions de genre dès le plus jeune âge afin de promouvoir l’égalité et la diversité, et d’éliminer les discriminations sexistes qui malheureusement se produisent encore dans de nombreuses communautés ».

Soulignant l’accès des filles à l’éducation, Mme Yulaelawati a dit : « Dans certaines régions d’Indonésie, les filles ont toujours un accès limité à l’école. L’autonomisation des femmes doit commencer dès la petite enfance. Cela suppose d’adopter une approche holistique pour favoriser la participation et la confiance des filles à l’école. »

Pour en savoir plus au sujet des activités du lauréat du Prix UNESCO 2016, voir la vidéo ici. Pour en savoir plus au sujet du Prix UNESCO pour l’éducation des filles et des femmes.




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page