» Un séminaire international pour explorer l'esclavage et ses héritages dans les musées et les sites
17.03.2018 - Secteur des sciences sociales et humaines

Un séminaire international pour explorer l'esclavage et ses héritages dans les musées et les sites

© Judith Lienert / Shutterstock.com - Cap 110 - Slaves memorial de l'Anse Caffard (Martinique)

La conférence « Interpréter et représenter l'esclavage et ses héritages dans les musées et les sites: des perspectives internationales » va explorer la diversité des approches utilisées pour représenter l'histoire, les héritages de l'esclavage, de la traite négrière et de l'émancipation au sein des musées, des sites historiques et mémoriels autour du monde atlantique. La conférence va réunir des experts du monde entier. Ce sera le premier symposium international de ce type organisé en Amérique du Nord, qui aura lieu du 19 au 22 mars 2018, à Charlottesville.

Le projet « La Route de l'esclave: résistance, liberté, héritage » de l'UNESCO en étroite collaboration avec la Fondation Thomas Jefferson, le Comité nord-américain du Conseil international des monuments et des sites (US/ICOMOS), l'Université de Virginie (UVA) et le Musée National de l’histoire et culture afro-américaine (NMAAHC) vont réunir des gestionnaires des sites et des musées, des chercheurs, des experts en technologies numériques et multimédias, et des représentants des organisations de la société civile. Ils vont partager leurs expériences et identifieront les meilleures pratiques d'interprétation et de représentation de l'esclavage dans différentes régions du monde.

« L'UNESCO et ses partenaires œuvrent pour faire de la résistance contre l'esclavage une force d'inspiration pour les générations futures. Le séminaire tenu à Charlottesville est un exemple du type de débat et de dialogue que nous aimerions encourager dans le contexte de la célébration du 70e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l'homme cette année,» a déclaré Nada Al-Nashif, Sous-Directrice générale de l'UNESCO pour les sciences sociales et humaines.

« L’UVA est heureuse d’accueillir cette importante conférence, » a affirmé Thomas C. Katsouleas, Vice-Président exécutif et Recteur. « L’UVA s’est engagée activement dans la recherche sur l'histoire de l'esclavage et le rapport entretenu avec l'endroit où il était pratiqué, sur nos terres et dans nos communautés. Nous espérons, non seulement, partager nos expériences et les leçons que nous avons apprises avec les participants de la conférence, mais aussi, apprendre d’eux. »

Les participants vont débattre des questions sur le sujet, telles que :

  • Quels sont les impacts globaux de la traite négrière et de ses héritages ?
  • Comment les représentations de l'esclavage et les manières dont nous l’appréhendons ont changé au cours des dernières décennies et ont varié d'une région à l'autre?
  • Comment les institutions décrivent les horreurs de l'esclavage et reflètent les sentiments, la résistance et la créativité des personnes réduites en esclavage et de leurs descendants?
  • En tant qu'acteurs historiques de l'esclavage, quelles mesures ont été prises par les universités afin de réparer les injustices historiques et de mener de nouvelles recherches sur l'esclavage?
  • Quels rôles jouent les arts, les humanités et les nouvelles technologies dans l'interprétation et la représentation de la mémoire de l'histoire de l'esclavage?

« L'histoire a montré que les conflits humains découlent du déni des principes démocratiques tels que la dignité, l’égalité et le respect mutuel de tous les peuples et, de l'acceptation nourrie par l’ignorance et les préjugés de l'inégalité des peuples et des races, » a déclaré Bill Pencek, Directeur exécutif de l'US/ICOMOS.  « L’US/ICOMOS aspire à encourager le public à tirer des leçons de l'histoire, et non à commémorer ces moments sombres d'une manière qui favorise la discorde sociale. »

À la suite de la conférence, un guide sur les nouvelles approches et les meilleures pratiques en matière d'interprétation et de représentation de l'esclavage dans les musées et autres sites sera élaboré.

Cet événement est organisé dans le contexte de la Décennie internationale des personnes d'ascendance africaine (2015-2024), de la Journée internationale pour l'élimination de la discrimination raciale (21 mars 2018), de la Journée internationale du souvenir des victimes de l’esclavage et de la traite transatlantique (25 mars 2018), du 70e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l'homme et de la Commémoration du bicentenaire de Frederick Douglass.

Voir également

Contact: Ali Moussa iye, a.moussa-iye(at)unesco.org




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page