» La COI-UNESCO ouvre la voie à une gestion durable de l’océan grâce à la planification de l’espace maritime
10.06.2017 - Commission océanographique intergouvernementale

La COI-UNESCO ouvre la voie à une gestion durable de l’océan grâce à la planification de l’espace maritime

© UNESCO - Les participants à l'événement de la COI sur la planification de l'espace maritime, le 9 juin 2017 à la Conférence de l'ONU sur les océans à New York.

Au cours des 15 dernières années, la planification de l’espace maritime (PEM) a été reconnue comme un moyen de répondre à des objectifs multiples – écologiques, économiques et sociaux – face à la surpopulation grandissante de l’océan. En tant qu’organisation internationale de premier plan sur la PEM, la Commission océanographique intergouvernementale (COI) de l’UNESCO a discuté de ses stratégies afin de favoriser ce processus à travers le monde le 9 juin 2017 à la Conférence des Nations Unies sur les océans à New York.

L’événement parallèle, « La planification de l’espace marin/maritime pour une gestion efficace et durable de nos océans et de nos mers », s’est concentré sur les moyens d’encourager et de développer la PEM à l’échelle mondiale en se basant sur les bonnes pratiques internationales et en partageant les enseignements tirés des initiatives existantes. Il a été co-organisé avec la Commission permanente du Pacifique Sud (CPPS) et la Direction générale des affaires maritimes et de la pêche (DG-MARE) de la Commission européenne.

« La conservation et l’utilisation durable de notre océan et de nos ressources marines constituent le fondement d’une planète en bonne santé, » a dit Julian Barbière, Chef de la Section des politiques marines et de la coordination régionale de la COI, au nom de la Commission.

L’intensification des activités dans les eaux côtières et maritimes nécessite un processus intégré de planification et de prise de décisions, ainsi que des efforts accrus, y compris en ce qui concerne la coordination transfrontalière, pour assurer la durabilité de ces zones et leur gestion améliorée. La PEM rassemble les décideurs, les acteurs publics et privés et les citoyens pour coordonner et concevoir ensemble les activités humaines dans les zones marines pour atteindre les objectifs de développement durable, et notamment l’Objectif de développement durable (ODD) 14 sur la conservation et l’utilisation des océans, des mers et des ressources des marines.

L’événement parallèle a bénéficié de la précieuse participation du Gouvernement de la Flandre (Belgique) et de l’Agence suédoise pour la gestion du milieu marin et de l’eau, qui ont partagé leurs expériences nationales et les leçons à en tirer avec tous les participants. The Nature Conservancy – TNC Canada et la Fondation Gordon et Betty Moore ont également représenté les ONG avec leur expérience de longue date dans le domaine de la PEM à travers le monde.

Le secteur privé a quant à lui été représenté par le Directeur général de SUEZ, M. Jean-Louis Chaussade, qui a déclaré : « Nous devons commencer par des actions simples et concrètes que les citoyens peuvent considérer comme utiles. » M. Chaussade a décrit l’initiative lancée lors de la Journée mondiale de l’océan à New York par SUEZ, dont les 83 000 employés dans plus de 70 pays sont appelés à promouvoir des nettoyages du littoral ainsi que d’autres actions au niveau local afin de conserver les zones marines et côtières.

Lorsque la COI a organisé le tout premier atelier international sur la PEM en novembre 2006 au Siège de l’UNESCO à Paris, seuls trois pays étaient dotés de plans d’aménagement de l’espace maritime approuvés par leurs gouvernements, et dont la superficie ne représentait qu’environ 0,3% des zones économiques exclusives (ZEE) dans le monde. Aujourd’hui, 15 pays ont mis en place la PEM, et 25 autres ont d’ores et déjà complété ou approuvé des plans. D’ici 2030, au moins la moitié de la surface des ZEE dans le monde devrait avoir des plans d’aménagement de l’espace maritime approuvés par les gouvernements.

Le Guide d’évaluation des plans d’aménagement de l’espace maritime de la COI, publié en 2009, est également devenu une norme internationalement reconnue. Il aide les pays à favoriser le développement de leurs capacités techniques et institutionnelles en vue de réduire la perte de biodiversité et de gérer leurs écosystèmes marins de manière durable.

Cet événement parallèle a également permis de promouvoir la « Feuille de route commune pour accélérer les processus de planification de l’espace marin/maritime dans le monde », récemment adoptée par la CIO et la DG-MARE lors de la 2e Conférence internationale sur la PEM qui s’est tenue du 15 au 17 mars 2017 au Siège de l’UNESCO. Ce document constitue un engagement volontaire conjoint des deux institutions pour la Conférence de l’ONU pour les océans, visant à encourager davantage le développement de la PEM dans toutes les mers et tous les océans du globe dans le but de tripler la surface des eaux territoriales bénéficiant de la PEM d’ici 2030.

La feuille de route commune comptera cinq domaines prioritaires :

  • Planification spatiale maritime transfrontalière
  • Économie bleue
  • Planification spatiale marine basée sur les écosystèmes
  • Renforcement des capacités
  • Construire la compréhension mutuelle

« Nous avons tous les outils nécessaires pour faire de la planification de l’espace maritime un succès, » a annoncé le Commissaire européen aux affaires maritimes et à la pêche, Karmenu Vella, en conclusion. « D’ici 2021, tous les pays de l’Union européenne auront besoin de plans d’aménagement. Ces derniers constituent un élément clé de l’initiative européenne de gouvernance de l’océan, et nos économies maritimes s’en porteront mieux grâce à la coopération et aux synergies accrues présentées par la PEM, » a-t-il ajouté.

Une description plus détaillée de cette initiative est disponible sur le Registre des engagements volontaires de la Conférence sur les océans, avec les autres engagements pris par les gouvernements, les organisations internationales, la société civile, le secteur privé, les institutions scientifiques ainsi que les autres parties prenantes pour la mise en œuvre de l’Objectif de développement durable 14 sur la conservation et l’usage durable de l’océan et de ses ressources.

Visitez notre page « L’UNESCO à la Conférence de l’ONU sur les océans » pour prendre connaissance du programme, de nos événements parallèles et de l’ensemble de nos engagements volontaires.

Pour plus d’informations, veuillez contacter :

Alejandro Iglesias-Campos (a.iglesias-campos(at)unesco.org), pour l’événement parallèle et la Feuille de route sur la planification de l’espace maritime.

Julian Barbière (j.barbiere(at)unesco.org), pour la participation de la COI de l’UNESCO à la Conférence sur les océans.




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page