» Irina Bokova : « Le respect de la diversité culturelle est le seul moyen d’être universel. »
27.05.2014 -

Irina Bokova : « Le respect de la diversité culturelle est le seul moyen d’être universel. »

© UNESCO/M. Guevel - The Director-General, Irina Bokova, visiting the Arni Magnusson Institute during her official visit to Iceland. 24 - 27 May 2014. From left to right: Professor Guðrún Nordal, Director of the Centre Magnusson, Irina Bokova, Director-General of UNESCO, Ms Vigdis Finnbogadottir, former President of Iceland

La Directrice générale de l’UNESCO a participé au lancement de la 9ème Conférence internationale sur les ressources linguistiques, organisée à Reykjavik. Dans son allocution d’ouverture, Irina Bokova a lancé un message de très fort soutien en faveur du multilinguisme et de la diversité culturelle, insistant notamment sur l’importance de l’éducation en langue maternelle, pour améliorer la qualité de l’enseignement, et sur l’étude des langues autochtones, qui renferment de nombreux savoirs sur l’environnement, la biodiversité et le développement durable.

La Directrice générale s’est notamment appuyée sur l’exemple des peuples de l’arctique, dont les langues décrivent avec une extrême précision les différentes conditions de la neige et de la glace, et dont la meilleure diffusion au sein de la communauté scientifique permettrait de mieux comprendre les phénomènes de fonte des glaciers et du réchauffement climatique.

Devant l’auditoire de l’Université d’Islande, la Directrice générale a détaillé le lien entre diversité culturelle et biodiversité, rappelant le plaidoyer de l’UNESCO pour intégrer la culture dans l’agenda pour le développement durable : « Les états cherchent le moyen de construire un modèle de développement durable, et ce modèle ne sera durable que s’il est universel, c’est-à-dire s’il s’adresse à tout le monde et implique tout le monde, et pas seulement conçu par les pays riches en direction des pays pauvres. Le seul moyen de construire ce programme de développement universel est de tenir compte de la diversité culturelle, car il n’y a pas de modèle unique de développement. » a souligné Irina Bokova à l’appui de sa démonstration.

La Directrice générale a visité l’institut Arni Magnusson et les manuscrits précieux consacrés à l’Histoire de l’Islande, inscrits au registre de la mémoire du monde de l’UNESCO. « L’Islande est l’exemple vivant d’un pays où l’engagement profond pour la langue et la culture sont des leviers pour entrer en relation avec les autres et mieux se comprendre. Arni Magnusson a préservé ces manuscrits à une époque de modernisation galopante, marquée par le développement de l’imprimerie et la disparition des savoirs anciens. Nous devons nous inspirer de son travail aujourd’hui à l’heure d’internet pour préserver la diversité de notre patrimoine culturel. »

Irina Bokova s’est ensuite entretenue avec les équipes du futur centre Vigdis Finnbogadottir pour le multilinguisme et la compréhension interculturelle, en soulignant le rôle essentiel du centre pour la protection et la promotion de la diversité linguistique, pilier de la diversité culturelle « Toutes les langues sont égales, et chacune recèle une mine de savoirs et de connaissance sur notre environnement. La perte d’une langue est une perte de connaissance pour toute l’humanité, et nous ne pouvons-nous le permettre. Il ne peut y avoir de développement humain possible sans le respect de ce qui justement fait de nous des êtres humains, notre langue et notre culture. »

Lors d’un déjeuner de travail avec le Ministre des Affaires étrangères, M. Gunnar Bragi Sveinsson, Irina Bokova est revenue sur la réforme de l’UNESCO et les mesures prises pour concentrer le travail de l’organisation et améliorer la mise en œuvre des programmes sur le terrain, en particulier depuis les bureaux Hors Siège, en saluant le soutien politique et financier des pays Nordiques en général et de l’Islande en particulier.




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page