» Irina Bokova ouvre la Journée mondiale de la liberté de la presse aux côtés du Président indonésien
03.05.2017 - ODG

Irina Bokova ouvre la Journée mondiale de la liberté de la presse aux côtés du Président indonésien

© UNESCO

Cette année la célébration de la Journée mondiale de la liberté de la presse, le 3 mai, avait pour thème : « Des esprits critiques pour des temps critiques: le rôle des médias dans la promotion de sociétés pacifiques, justes et inclusives. »

Organisé à Jakarta, en Indonésie, du 1er au 4 mai, la cérémonie de lancement visait à sensibiliser à l'importance du journalisme libre et factuel pour promouvoir la paix, la justice et renforcer ainsi l'efficacité, la responsabilité et la participation des institutions, en phase avec le 16ème objectif de développement durable des Nations Unies. Il est organisé avec le Gouvernement indonésien et le Conseil indonésien de la presse.

La célébration du 3 mai était présidée par S.E. Joko Widodo, président de l'Indonésie, et ouvert par Jusuf Kalla, vice-président de la République d'Indonésie, et Irina Bokova, Directrice générale de l'UNESCO.

Dans son discours, le Président indonésien, a souligné l'importance vitale d’une «liberté politique, y compris liberté d'expression et liberté de la presse».

Soulignant les nombreuses réalisations de l'Indonésie entreprises au cours des deux dernières décennies, le Président a déclaré à la foule de journalistes présents: «Nous n'aurions pas pu faire cela sans vous! »

Au cours de son discours, le vice-président Kalla a réitéré l'engagement de l'Indonésie à promouvoir la liberté d'expression dans le cadre des efforts menés pour la promotion de la démocratie et du développement.

"Les gouvernements ont besoin de ces regards critiques pour assurer une bonne gouvernance et refléter l’opinion publique", a déclaré le vice-président.

Dans son discours d’ouverture, Irina Bokova a déclaré: "Nous nous réunissons aujourd'hui à Jakarta pour célébrer une liberté au cœur de toutes les libertés. Cette liberté est essentielle pour autonomiser les femmes et les hommes, encourager à la bonne gouvernance, renforcer les sociétés saines et promouvoir le développement durable et la paix ".

La Directrice générale a souligné le rôle de premier plan de l'UNESCO dans la défense de la liberté d'expression et de la liberté des médias: «L'UNESCO est l'organisme des Nations Unies chargé de promouvoir la liberté d'expression, de défendre les journalistes et leur sécurité. Cette mission est inscrite dans la constitution de l'UNESCO, et elle est essentielle pour avancer l'Agenda 2030 et ne laisser personne pour compte.

S.E. Joko Widodo, président de l'Indonésie, a accueilli la cérémonie de remise du Prix mondial de la liberté de la presse UNESCO / Guillermo Cano 2017 à M. Dawit Isaak, journaliste érythréen emprisonné, représenté par sa fille, Bethelem Isaak.

Le Président Widodo a parlé des grandes menaces et des défis auxquels était confrontée la liberté de la presse aujourd’hui, tout en réitérant sa confiance dans la possibilité de les aborder.

"Nous allons les surmonter, nous l'avons fait par le passé et nous le ferons à nouveau", a-t-il déclaré.

Irina Bokova a poursuivi: "C'est l'esprit qui sous-tend le Prix mondial de la liberté de la presse UNESCO / Guillermo Cano - éclairer ceux qui défendent les libertés fondamentales et les droits de l'homme, malgré toutes les pressions - et cet esprit est porté par Dawit Isaak, dont nous honorons aujourd'hui le courage et l’engagement que nous."

S'exprimant au nom du lauréat, sa fille Bethelem Isaak a souligné l'importance de la liberté d'expression et de tous les droits de l'homme, de la justice, de la stabilité et de la prospérité.

"Ce prix reconnaît le travail de mon père et tous ceux qui ont choisi de défendre les droits d'autrui", a-t-elle déclaré, soulignant la nécessité de garder l’espoir, la compassion et l'amour de la paix et de l'harmonie.

"Gardons notre dignité, soyons tolérant", a-t-elle insisté.

Parmi les intervenants à la conférence figuraient notamment José Ramos-Horta, ancien président du Timor-Leste et lauréat du prix Nobel de la paix 1996, Richard Gingras, vice-président du service Presse chez Google et Oscar Cantu Murguia, rédacteur en chef de Norte, le journal mexicain qui a dû fermer le mois dernier après le meurtre d'un de ses journalistes.

Une trentaine de partenaires ont contribué à cette Journée mondiale de la liberté de la presse 2017 à Jakarta, avec l’organisation de formations, d’ateliers et de tables rondes, qui ont rassemblé plus de 1 600 participants, venus de plus de 95 pays  du monde.

Cette année, environ 80 événements sur la liberté de la presse, ont été organisés partout dans le monde, à ce titre les grands groupes de presse ont également créé des blogs et présenté un édition spéciale pour la Journée mondiale de la liberté de la presse.

 




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page