» L’UIT et l’UNESCO annoncent la création d’une Commission de haut niveau sur le haut-débit
10.05.2010 - UNESCOPRESS

L’UIT et l’UNESCO annoncent la création d’une Commission de haut niveau sur le haut-débit

L’Union internationale des télécommunications (UIT) et l’UNESCO ont annoncé aujourd’hui la création d’une Commission de haut-niveau pour le développement numérique. Elle sera chargée d’élaborer des stratégies favorisant la mise en place de systèmes de transmission haut-débit dans le monde entier et d’étudier les applications possibles pour que le haut-débit améliore l’accès à des services sociaux comme la santé, l’éducation, la gestion de l’environnement, la sécurité, et bien d’autres.

Cette nouvelle Commission sera composée de quelque 30 acteurs majeurs du monde entier issus du secteur des technologies mais aussi du secteur privé et social. Elle est co-présidée par Paul Kagame, Président du Rwanda, et Carlos Slim Helú, Président perpétuel honoraire de Grupo Carso. Le Secrétaire général de l’UIT, Hamadoun Touré, et la Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, assureront les fonctions de vice-présidents. 

            La Commission bénéficie aussi du soutien du Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, à qui elle remettra ses conclusions lors du Sommet des Nations Unies sur les Objectifs du Millénaire pour le développement, qui se tiendra à New York en septembre prochain.

            Le lancement de la Commission a eu lieu aujourd’hui à Genève, à l’occasion de la conférence de presse inaugurale du Forum 2010 du Sommet mondial sur la société de l'information (SMSI). Hamadoun Touré a indiqué que les gouvernements devaient désormais considérer les réseaux de communication de haut-débit comme des infrastructures nationales de base. « Au XXIe siècle, des réseaux de haut-débit abordables et généralisés seront tout aussi critiques pour la prospérité économique et sociale que les réseaux de transport et les systèmes d’approvisionnement en eau et en électricité », a-t-il déclaré.  « Le haut-débit, a-t-il ajouté, ne profite pas seulement à tous les secteurs de la société, il permet aussi de promouvoir un développement économique et social et jouera une rôle clé pour nous aider à remettre des OMD sur les rails ». 

            Irina Bokova a souligné à Paris la capacité du haut-débit à créer des « sociétés du savoir » qui relanceront le développement humain et économique. « Les toutes dernières technologies de l'information et de la communication (TIC) ont créé de nouvelles possibilités pour la création, la protection, la diffusion et l’utilisation de l’information », a-t-elle indiqué. « L’UNESCO, a-t-elle ajouté, entend aller plus loin, vers la construction de sociétés du savoir inclusives, au sein desquelles les personnes pourront transformer l’information en savoir et seront ainsi en mesure d’améliorer leurs moyens de subsistance et de contribuer à leur propre développement économique et social ».

 

            « L’accès universel aux applications du haut-débit sera déterminant pour atteindre cet objectif, car ce sont elles qui rendront possibles l’offre d’une éducation de qualité, le partage des connaissances scientifiques, le renforcement de la cohésion sociale et la promotion de la diversité culturelle », a-t-elle encore déclaré.  

 

            Hamadoun Touré et Irina Bokova ont appelé les pouvoirs publics et les principaux acteurs du secteur privé et de la société civile à collaborer avec l’UIT et l’UNESCO pour soutenir la Commission sur le haut-débit pour le développement numérique. Ils les ont aussi appelés à développer et allouer les ressources nécessaires à la mise en œuvre des stratégies et des politiques.

 

            Conformément au mandat de la Commission, qui consiste à exploiter tout le potentiel de la technologie, les déclarations des coprésidents, Paul Kagame et Slim Helú, ont été diffusées par message vidéo.

            Paul Kagame a évoqué la capacité du haut-débit à transformer les économies et les vies humaines. « Le pouvoir de transformation du haut-débit sur le quotidien des gens et sur les economies mondiales est incontestable. Le défi aujourd’hui consiste à permettre à la majorité des citoyens du monde d’en tirer les bénéfices évidents et de libérer leur potentiel créatif afin de trouver une place dans l’économie mondiale centrée sur l’information. Cela nécessitera de nouveaux accords de coopération mondiale dans les domaines de l’investissement, de la recherche et de la technologie. La Commission sur le haut-débit pour le développement numérique s’attelera à la réalisation de ce potentiel », a-t-il déclaré. 

            De son côté, Carlos Slim a mis l’accent sur l’importance d’un haut-débit abordable et généralisé. « Je suis ravi que l’UIT et l’UNESCO forment cette Commission pour promouvoir le haut-débit à l’échelle mondiale. Il ne fait pas de doute que le haut-débit est le système nerveux de la nouvelle civilisation d’aujourd’hui. Son accès est donc une priorité pour nos sociétés technologiques » a-t-il déclaré. « Il est très important que le haut-débit soit un service universel de qualité bon marché. En raison de ses bénéfices dans les domaines de la santé, de l’éducation et du savoir, entre autres, les pouvoirs publics et les instances de régulation devraient largement encourager le développement du haut-débit. Le haut-débit n’est pas un obstacle mais une passerelle entre les pays industriallisés et en développement, permettant un accès à tous les services de la société moderne pour le bien-être de la population générale ».  

            Comme le précise son mandat, la Commission se réunira à Genève en milieu d’année et présentera ses conclusions dans deux rapports. Le premier document sera directement inspiré des apports des membres de la Commission. Le second prendra la forme d’un mémoire de recherche approfondie chargé d’examiner et de chiffrer les avantages socio-économiques du haut-débit, d’évaluer les modèles de développement et de financement possibles, et d’analyser les différentes technologies disponibles pour accéder aux plus hauts débits et à la couverture réseau la plus vaste à des prix abordables.

            L’annonce par l’UIT et l’UNESCO de la création de cette Commission fait suite à la mise en place, en début d’année, de l’initiative « Renforcer le haut-débit » de l’UIT, qui s’applique à sensibiliser l’opinion aux nombreux avantages des réseaux à haut débit, non seulement dans les communications, mais aussi dans une multitude de domaines sociaux, comme la consommation d’énergie, la gestion des transports, les services d’urgence, le suivi de l’environnement, la santé, l’éducation, et même l’agriculture, où les nouvelles technologies sont désormais utilisées pour optimiser la production tout en limitant le recours aux produits chimiques.

La liste complète des membres de la Commission et leur photo est disponible en ligne 

La vidéo en ligne de la conférence de presse peut être consultée en ligne

Pour plus d’informations, veuillez contacter :

 

Sarah Parkes,<//span><//span>

Relations avec les médias, UIT

<//span><//span>Tél : +41 22 730 6135

<//span><//span>Mobile : +41 79 599 1439

<//span><//span>Mail : pressinfo(at)itu.int

Gary Fowlie
Directeur du Bureau de liaison de l’UIT à New York
Tél : +917 367 29 92

Mail : <//span><//span>gary.fowlie@itu.int <//span><//span>

Lucía Iglesias Kuntz <//span><//span>Bureau de l’information du public<//span><//span>

UNESCO

Tél : +<//span><//span>33 607842676

</font><//font><//font>Mail : l.iglesias@unesco.org

 

À propos de l’UIT

L'UIT est l’institution spécialisée des Nations Unies pour les technologies de l’information et de la communication. Pôle de convergence mondial pour le développement de réseaux et de services, elle réunit les pouvoirs publics et le secteur privé. Ses trois secteurs fondamentaux sont les radiocommunications, la normalisation et le développement.

Ainsi, depuis 145 ans, l’UIT coordonne la gestion des ressources internationales que constituent le spectre des fréquences radioélectriques et les orbites de satellites. Elle se consacre en outre à l’élaboration des normes qui favorisent l’interconnexion des myriades de systèmes de communications. Enfin, elle œuvre pour l’amélioration de l’infrastructure des télécommunications dans les pays en développement, et s’emploie à relever les défis mondiaux de notre époque, comme l’atténuation des effets des catastrophes naturelles, la lutte contre le changement climatique et le renforcement de la cybersécurité.

Par ailleurs, l’UIT est l’organisatrice d’expositions et de forums dans le monde entier, à l’image des manifestations ITU TELECOM World, réunissant les représentants les plus influents des pouvoirs publics, des télécommunications et du secteur des TIC pour échanger leurs idées, leur savoir et leur technologie pour en faire profiter la communauté mondiale, et notamment les pays en développement.

De l’Internet haut-débit aux technologies sans fil de dernière génération ; de la navigation aéronautique et maritime à la radioastronomie et à la météorologie par satellite ; de la convergence des réseaux mobiles, Internet, de transfert de données, et de radiodiffusion télévisuelle et sonore aux réseaux de prochaine génération : l’UIT est fermement résolue à connecter le monde.

 

À propos de l’UNESCO

L’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture est une institution spécialisée des Nations Unies. Fondée en 1946, l’UNESCO œuvre pour la paix dans le monde et la compréhension internationale grâce à ses compétences uniques dans les domaines de l’éducation, des sciences naturelles, des sciences humaines et sociales, de la culture, et de la communication et de l’information.

L’UNESCO s’emploie à créer les conditions d’un dialogue et d’une coopération entre les peuples, fondés à la fois sur des valeurs partagées par tous et sur le respect des civilisations et des cultures de chacun.

Les objectifs de développement convenus au niveau international, notamment les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD), sous-tendent toutes les stratégies et activités de l’UNESCO, qui se concentre en particulier sur les priorités suivantes : éliminer la pauvreté et défendre les droits de l’homme ; assurer l’éducation primaire pour tous et parvenir à l’égalité entre les sexes dans l’éducation ; aider les pays à mettre en œuvre des stratégies nationales au service du développement durable ; protéger le patrimoine culturel matériel et immatériel et mettre fin à la dégradation des ressources environnementales. Promouvoir des activités et mobiliser des ressources en faveur de l’Afrique fait également partie des priorités de l’Organisation.

Grâce à son action normative, l’UNESCO œuvre à la conclusion d’accords universels sur les problèmes éthiques et intellectuels de notre époque.







<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page