» Des femmes kurdes transmettent leurs nouvelles compétences en lecture à leurs enfants
22.08.2016 - Education Sector

Des femmes kurdes transmettent leurs nouvelles compétences en lecture à leurs enfants

© UNESCO - Saedia Mustafa venant retirer son certificat le dernier jour de la formation

La première chose qu’ont faite ces femmes du Kurdistan rural dès la fin de leur cours intensif d’alphabétisation a été d’ouvrir à nouveau leurs livres pour commencer à enseigner à leurs enfants.

Les 62 femmes ont participé à la formation de trois mois sur les compétences en lecture et les compétences pour la vie quotidienne dans le cadre du projet de l’UNESCO intitulé « Développement socio-économique des femmes dans les régions rurales de l’Iraq », qui cible les femmes et les jeunes filles vivant dans les zones rurales du Kurdistan.

La formation, qui s’est tenue dans des centres d’apprentissage communautaires locaux, visait à enseigner des compétences en lecture ainsi que des compétences de base pour la vie en société et la vie quotidienne, mettre en place un réseau d’animatrices rurales capables de transmettre leurs compétences et de créer de petites entreprises, constituer un réseau de bénévoles rurales chargées d’informer les communautés sur la santé reproductive et les questions liées aux violences fondées sur le genre, et créer un réseau de dirigeantes et d’associations féminines.

Les femmes qui ont participé à la formation, y compris des femmes handicapées, sont venues de toute la région, notamment de Kirkourk, de Mossoul et de Karbala, et leur désir d’apprendre était motivé par diverses raisons.

« Je suis désormais capable d’aider mes enfants à pratiquer la lecture et l’écriture pendant les vacances d’été, pour les préparer à la nouvelle année scolaire », a expliqué Jilan Adbel-Qader, qui a participé à la formation au Centre d’apprentissage communautaire Qadsh à Duhok.

Saedia Mustafa prévoyait également d’utiliser ses nouvelles compétences en lecture pour aider son enfant à faire ses devoirs mais espérait que le fait de pouvoir lire et écrire l’aiderait à obtenir un emploi, son mari étant au chômage.

Pour Amira Saedoun, la formation a rendu sa vie de couturière beaucoup plus facile. « Avant ce cours d’alphabétisation de trois mois, c’était difficile au travail car je ne savais pas écrire les mesures pour les vêtements sur lesquels je travaillais ».

Un pas vers l’indépendance

Zaituna Ibraheem a prévu s’informer sur l’actualité au sein et en dehors de son pays en lisant les journaux, tandis que Bayan Kamal Salih a gagné un peu d’indépendance.

« J’étais incapable d’enregistrer les noms et les numéros de mes contacts sur mon téléphone avant de suivre cette formation d’alphabétisation, parce que je ne savais ni lire ni écrire, mais maintenant je suis très heureuse car je peux les enregistrer sans demander l’aide de personne », a-t-elle dit.

La plupart des femmes avaient pour objectif de mettre à profit leurs compétences pour augmenter leurs chances de trouver un emploi. « Je me suis inscrite au cours de lecture et d’écriture surtout pour pouvoir obtenir enfin mon permis de conduire », a expliqué Shno Ahmad Saeed.

L’UNESCO a collaboré avec trois ONG : le Peace Generation Network à Erbil, au Kurdistan, l’Organisation de développement social à Sulaymaniah, et Alind à Duhok, afin d’ouvrir dix centres d’apprentissage pouvant accueillir 600 femmes et filles.

Le programme est mis en œuvre en collaboration avec le Ministère de l’agriculture, le Ministère de l’éducation et le Ministère de la santé, ainsi qu’avec le Haut Conseil aux affaires féminines du Kurdistan, des organisations de la société civile et des ONG travaillant pour les femmes.

Liens




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page
t3test.com