» Kyoto célèbre la clôture du 40e anniversaire de la Convention de l’UNESCO pour la protection du patrimoine mon...
06.11.2012 -

Kyoto célèbre la clôture du 40e anniversaire de la Convention de l’UNESCO pour la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel

© UNESCO/ Paola Leoncini-Bartoli

« Le Japon est de longue date un ardent défenseur de la Convention du patrimoine mondial. Son engagement témoigne de valeurs profondément ancrées dans la société japonaise, des valeurs encouragées par les pouvoirs publics nationaux, les communautés locales, le secteur privé, les organisations de jeunes et les citoyens ordinaires dans tout le pays », a déclaré la Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, à Kyoto (Japon), à l’occasion de la Conférence internationale marquant la clôture du 40e anniversaire de la Convention de 1972.

La conférence était accueillie par le Gouvernement japonais dans la ville emblématique de Kyoto, dont la région abrite quelque 17 sites du patrimoine mondial. Elle s’est tenue en présence de M. Sok Han, Vice-Premier Ministre du Royaume du Cambodge et Président du Comité du patrimoine mondial, M. Kazuyuki Hamada, Vice-Ministre parlementaire des affaires étrangères, M. Daisuke Matsumoto, Vice-Ministre principal de l'éducation, de la culture, des sports, de la science et de la technologie, M. Yasuhiro Kajiwara, Secrétaire parlementaire pour l’agriculture, les forêts et la pêche, M. Kazuaki Hoshino, Directeur général adjoint du Bureau de conservation de la nature et Ministre de l’environnement, Mme Alissandra Cummins, Présidente du Conseil exécutif de l’UNESCO, M. Genshitsu Sen, Ambassadeur de bonne volonté de l’UNESCO et M. Koïchiro Matsuura, ancien Directeur général de l'UNESCO.

Le public était composé de spécialistes du patrimoine culturel et naturel ainsi que de représentants des gouvernements de 60 pays, de municipalités, de communautés locales et de la société civile, soit au total 400 participants.

La conférence, qui durera trois jours, a pour thème le rôle des communautés locales dans le développement durable. Les débats porteront également sur les moyens de continuer à garantir la crédibilité de la Convention du patrimoine mondial face à la montée des pressions que font peser sur le patrimoine culturel l’urbanisation galopante, le tourisme de masse, le changement climatique et les situations de conflit.

La réflexion portera en particulier sur la participation de la communauté à la préservation du patrimoine culturel, l’engagement des jeunes et l’éducation relative au patrimoine, dans le but d’assurer le développement durable du patrimoine culturel partout dans le monde.

Elle débouchera sur le renouvellement d’un engagement écrit matérialisé par la « Vision de Kyoto », visant à renforcer la convention en tant qu’instrument de coopération internationale, de développement durable et de paix durable.

La Directrice générale s’est également vu remettre l’appel de la « Plate-forme du patrimoine culturel dans le Kyoto de demain » par son Président, M. Koïchiro Matsuura. Cette plate-forme créée dans le but de garantir la protection à long terme du patrimoine culturel de la ville de Kyoto à la suite du tremblement de terre et du tsunami qui ont frappé le Japon en mars 2011 symbolise l’engagement commun des organes du gouvernement local et des habitants de la ville à mettre en place des mesures à long terme de prévention des catastrophes et d’atténuation de leurs effets.

La Directrice générale a chaleureusement félicité les pouvoirs publics nationaux et municipaux du Japon et en particulier le Comité de Kyoto pour  le 40e anniversaire de la Convention du patrimoine mondial pour la qualité exceptionnelle de leur engagement envers la préservation du patrimoine et les valeurs inscrites dans la Convention. 

« Kyoto est une parfaite illustration du pacte du patrimoine mondial, car elle intègre la nature et la culture, la diversité culturelle dans toute sa richesse, son patrimoine vivant et sa tradition, ainsi que l’engagement de la communauté et de la jeunesse par le biais de ses universités et ses centres d’excellence, toutes choses qui contribuent ensemble à la protection de son identité et de son patrimoine », a déclaré Irina Bokova.

Pendant sa visite au Japon, la Directrice générale a également participé à une réunion bilatérale avec le P-DG de Panasonic, M. Fumio Ohtsubo, faisant suite au renouvellement de l’accord de l’UNESCO avec ce partenaire de premier plan, qui vise à développer les activités de sensibilisation et d’éducation relatives au patrimoine.

Irina Bokova a participé au concours Panasonic Eco Picture Diary Global Contest, qui récompense l’engagement des jeunes pour la protection durable de l’environnement du patrimoine culturel et naturel dans le monde et qui a réuni une cinquantaine de jeunes filles et garçons âgés de 7 à 12 ans, originaires de 38 pays.

Lors de sa visite à Kyoto, la Directrice générale a également assisté à la signature d’un accord de coopération avec le professeur Hiroshi Matsumoto, Président de l’Université de Kyoto, relatif à la création d’un programme de stages visant à renforcer l’action de l’UNESCO – « grâce à de nombreux jeunes, hommes et femmes<a name="_GoBack"></a> talentueux issus de l’un des plus prestigieux établissements d’enseignement supérieur au monde, un lieu privilégié pour les lauréats du prix Nobel et de la médaille Fields », a déclaré Irina Bokova. « Les jeunes, hommes et femmes, portent le plus lourd fardeau du changement, mais ils en sont aussi les fers de lance », a-t-elle ajouté.

La cérémonie de signature a été suivie d’une conférence donnée par Irina Bokova en présence d’un large public d’enseignants et d’étudiants de l’Université de Kyoto, un centre de recherche réputé, fondé en 1886, qui a remporté sept prix Nobel de physique et de médecine.




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page