» La Directrice générale appelle au respect de la liberté d’expression partout dans le monde
02.05.2011 -

La Directrice générale appelle au respect de la liberté d’expression partout dans le monde

© Département d’Etat des Etats-Unis –UNESCO. La Directrice générale, Irina Bokova, lors de son discours pendant la conférence internationale à Washington à l'occasion de la Journée mondiale de la liberté de presse

A l’occasion de la Journée mondiale de la liberté de la presse, le 3 mai, la Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, appelle tous les gouvernements à tenir leurs engagements en faveur de la liberté d’expression et de la liberté de la presse, deux piliers des sociétés démocratiques. Les gouvernements des pays du Moyen Orient et d’Afrique du Nord se doivent notamment de répondre aux aspirations de leurs peuples, en particulier en matière de liberté d’expression, un droit de l’homme fondamental déjà largement reconquis par les citoyens égyptiens et tunisiens.

La Directrice générale a également exprimé ses graves inquiétudes concernant les attaques répétées visant des journalistes couvrant les conflits et les mouvements sociaux au Moyen Orient et en Afrique du Nord.  

« Je me félicite des progrès accomplis ces derniers mois en matière de liberté d’expression et de la levée progressives des restrictions à la liberté de la presse en Egypte et en Tunisie », a déclaré Irina Bokova. « Mais j’exhorte les autres gouvernements de la région à redoubler d’effort pour répondre aux aspirations de leurs citoyens et ouvrir la voie à un véritable exercice de ce droit de l’homme fondamental qu’est la liberté d’expression. La liberté de parole et la liberté d’écrire sont des conditions préalables pour la transition vers la démocratie et pour la bonne gouvernance », a ajouté la Directrice générale.  

Irina Bokova a aussi exprimé sa profonde inquiétude de la sécurité des journalistes dans la région, suite aux informations sur des attaques répétées contre des reporters au Bahreïn, en Iraq, en Libye, en Syrie et au Yémen. Elle s’inquiète particulièrement des informations faisant état d’arrestations de journalistes couvrant des manifestations anti-gouvernementales, de disparitions de journalistes, d’intimidations, menaces et agressions physiques dirigées contre eux.  

« Faire taire les médias ou essayer de les intimider représente une atteinte intolérable au droit des citoyens à être informés », a déclaré la Directrice générale. « J’appelle tous les pays à respecter la liberté d’expression, prévue par l’Article 19 de la Déclaration universelle des droits de l’homme, ainsi que le droit à la liberté de l’information ».  

Irina Bokova s’est engagée à maintenir et même à renforcer le soutien de l’UNESCO aux pays qui souhaitent créer un environnement favorable à des médias libres, professionnels et indépendants, notamment en concevant des cadres constitutionnel et législatif prenant en compte les normes et des pratiques démocratiques.




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page