» La Directrice générale de l’UNESCO s’inquiète pour la liberté de la presse et le patrimoine en Egypte
01.02.2011 -

La Directrice générale de l’UNESCO s’inquiète pour la liberté de la presse et le patrimoine en Egypte

© Ann Walsh - Musée égyptien du Caire

La Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, a lancé aujourd’hui un appel à la protection du patrimoine culturel et au respect de la liberté d’expression en Egypte.

« Mes pensées vont d’abord aux victimes des troubles et à leurs familles », a déclaré  Irina Bokova qui a déploré la mort d'au moins 190 personnes lors des manifestations.

La Directrice générale a demandé à toutes les parties de protéger le patrimoine culturel égyptien, symbole de l’identité du pays, et de respecter la liberté d’expression, pilier de la démocratie. Bien que la situation évolue rapidement en Egypte, certaines informations concernant ces deux domaines sont profondément inquiétantes, a déclaré la Directrice générale.

« Le patrimoine culturel égyptien, qu’il s’agisse de monuments ou d’objets, est une partie du patrimoine de l’humanité, transmise jusqu’à nous à travers les âges. Les 120 000 pièces du Musée égyptien du Caire sont inestimables. Elles ne le sont pas seulement d’un point de vue scientifique ou financier mais aussi parce qu’elles représentent l’identité culturelle du peuple égyptien. Cela a été parfaitement illustré par les centaines de citoyens qui ont formé spontanément une chaîne humaine autour du musée afin de le protéger. Je demande de façon solennelle que toutes les mesures nécessaires soient prises pour sauvegarder les trésors de l’Egypte, au Caire, à Luxor et sur tous les autres sites culturels ou historiques du pays », a ajouté Irina Bokova.

La Directrice générale a également manifesté ses inquiétudes concernant le libre accès à l’information et la liberté de la presse dans le pays. Internet a été interrompu. Selon de nombreuses sources d’information, des journalistes ont été arrêtés et leurs équipements ont été confisqués. Des reporters couvrant les manifestations ont été pris à partie. De plus, de nombreux médias ont vu leurs autorisations suspendues et leurs transmissions via satellite bloquées.

« Il est crucial que la presse nationale et la presse internationale puissent remplir leur mission d’information objective du public », a souligné Irina Bokova. « Empêcher les médias de faire leur métier ne rétablira ni le calme ni les conditions nécessaires pour un dialogue constructif ».

L’Egypte, en tant qu’un des membres fondateurs de l’UNESCO, a toujours travaillé étroitement avec l’Organisation, en particulier dans les domaines de la culture. L’Egypte compte sept sites inscrits sur la Liste du patrimoine mondial. Le Centre pour les études nubiennes au Musée nubien d’Aswan et le Musée national de la civilisation égyptienne au Caire ont été créés avec le soutien de l’UNESCO. L’Organisation a également été impliquée dans la renaissance de la célèbre Bibliothèque d’Alexandrie, détruite il a plus de 2000 ans, véritable référence pour la culture, l’éducation et les sciences dans les pays arabes. L’Egypte est membre des E9 (pays les plus peuplés) et a été l’un des premiers états de la région à mettre sur pied un comité national dans le cadre de l’Education pour tous (EPT).




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page