» La Directrice générale en visite officielle au Royaume du Cambodge à l’occasion de la 37e session du Comité du...
18.06.2013 -

La Directrice générale en visite officielle au Royaume du Cambodge à l’occasion de la 37e session du Comité du patrimoine mondial

© Protocol of the Royal Palace -UNESCO Director-General, Irina Bokova, and the His Majesty King Norodom Sihamoni, Cambodia, June 2013.

© Protocol of the Prime Minister -UNESCO Director-General, Irina Bokova, and the Prime Minister of Cambodia, Samdech Hun Sen, June 2013.

Le 16 juin, durant sa visite officielle au Royaume du Cambodge, la Directrice générale de l’UNESCO, Mme Irina Bokova, a rencontré S. M. le Roi Norodom Sihamoni, qui a insisté sur les « liens solides qui unissent le Cambodge et l’UNESCO ».

« Je me tiendrai toujours aux côtés de l’UNESCO pour défendre ses valeurs », a déclaré le Roi, qui s’est dit fier et honoré d’accueillir la 37e session du Comité du patrimoine mondial à l’occasion du 20e anniversaire de l’inscription de l’emblématique parc archéologique d’Angkor sur la Liste du patrimoine mondial.

La Directrice générale a déclaré que le patrimoine culturel devrait être un vecteur de dialogue, de coopération et de respect entre les nations et les peuples.

Mme Bokova a informé Sa Majesté des progrès accomplis dans le cadre des activités de plaidoyer menées par l’UNESCO en vue de la pleine reconnaissance, dans l’agenda mondial pour le développement post-2015, du rôle de la culture en tant que facteur de durabilité, en appelant l’attention sur les récents événements marquants organisés lors de l’Assemblée générale des Nations Unies et du Congrès international de Hangzhou en Chine.

« Notre culture est notre identité, notre fierté et notre âme », a déclaré le Roi Sihamoni.

Durant leur entretien, le Roi a invité la Directrice générale à appuyer le renforcement des capacités des jeunes femmes et des jeunes hommes dans les domaines de la culture et des sciences.

Durant sa visite officielle au Royaume du Cambodge, la Directrice générale a tenu des réunions bilatérales avec des responsables des ministères d’exécution chargés de la coopération avec l’UNESCO.

Le Premier Ministre Samdech Hun Sen a souligné que son pays était fier de célébrer le 20e anniversaire de l’inscription du « précieux joyau du Cambodge qu’est Angkor, illustration des relations de longue date qui existent entre l’UNESCO et le Royaume ». À ce sujet, il a appelé l’attention sur la croissance sociale et économique dont le pays a bénéficié suite à l’inscription du site ainsi que sur son importance historique pour l’unité nationale.

Le Premier Ministre a insisté sur l’attachement de son pays à la protection et à la conservation du patrimoine, et s’est dit personnellement convaincu que le patrimoine culturel était un puissant vecteur de développement, de paix et de prospérité.

« Nous sommes fiers de ce que nos ancêtres nous ont laissé », a-t-il ajouté.

Il a en outre exhorté l’UNESCO à soutenir le développement des ressources humaines dans son pays. « J’aimerais voir le Cambodge s’engager sur la voie d’un développement axé sur la connaissance », a-t-il déclaré, en prenant note de l’appel lancé par la Directrice générale en faveur de l’augmentation du budget national de l’éducation de son pays aux fins de la poursuite de la réforme actuelle du système éducatif et, partant, du renforcement de l’alphabétisation, de l’éducation de qualité, et de la formation des enseignants.

La Directrice générale a salué le leadership du Premier Ministre, qui s’emploie à prendre des mesures rapides et positives en vue d’éliminer la pauvreté au Cambodge, comme en témoigne la formidable croissance économique et sociale que connaît le pays.

Le Vice-Premier Ministre et Ministre des affaires étrangères et de la coopération internationale, M. Hor Namhong, a souligné combien il était important d’accueillir la 37e session du Comité du patrimoine mondial à l’occasion du 20e anniversaire de l’inscription du parc archéologique d’Angkor et de l’anniversaire du Comité international de coordination, coprésidé par le Cambodge, la France et le Japon.

« Notre patrimoine culturel n’est pas uniquement une source de développement durable, mais aussi une source de renouvellement », a déclaré le Ministre Hor Namhong, en soulignant le nombre de temples construits à l’échelle du pays durant les périodes pré- et post-angkorienne, soit du Ve au XVe siècle.

À ce sujet, le Ministre Hor Namhong a évoqué les progrès accomplis dans la préservation du temple de Preah Vihear, en réaffirmant sa volonté de maintenir de bonnes relations avec les autorités thaïlandaises, et ce dans l’esprit de la Convention de 1972.

La formation des enseignants et le développement des qualifications et des compétences étaient au cœur des discussions entre la Directrice générale et le Ministre de l’éducation, M. Im Sethy.

Le Ministre a rappelé que 80 % des enseignants ayant été tués sous le régime des Khmers rouges, qui a duré 30 ans, le pays avait dû commencer à reconstruire l’ensemble du système éducatif.

À ce propos, il a reconnu l’importance de l’intervention menée par l’UNESCO immédiatement après la fin de la guerre civile. Il a fait observer que la stratégie de son ministère consistait à recruter 5 000 enseignants chaque année, dans le cadre d’une réforme approfondie lancée en l’an 2000. Il a appelé l’attention sur les efforts déployés afin de promouvoir l’accès équitable à l’éducation pour les filles et les garçons dans le secondaire, notamment par la création de dortoirs pour filles à l’école, à l’intention des élèves marginalisées ou vivant dans des zones rurales reculées, ainsi que par l’octroi de bourses chaque année.

Il a également évoqué le défi constant qu’était l’amélioration de la qualité de l’éducation, notamment l’EFTP et la formation des enseignants, le principal groupe visé étant les apprenants « exclus » vivant dans les zones rurales reculées.

Le Ministre Im Sethy a loué l’action de l’UNESCO, qui, en tant qu’organisme coordonnateur au sein du Partenariat mondial pour l’éducation, conduit actuellement les efforts déployés par les donateurs afin d’établir une stratégie globale en faveur de l’éducation pour les cinq années à venir, moyennant une aide à l’élaboration du plan de politique stratégique pour l’éducation, ce qui témoigne de sa pertinence dans un pays où 60 % de la population est âgée de moins de 25 ans.

« Il est de la plus haute importance de préparer les jeunes au marché de l’emploi. Nous devons encourager la diversification des emplois et des disciplines, en particulier dans les domaines scientifique et technologique », a affirmé le Ministre, en expliquant que son pays investissait beaucoup dans l’enseignement secondaire et la formation technique, dès la troisième année du secondaire, et encouragerait l’acquisition d’une expérience professionnelle.

Le Ministre Im Sethy a rappelé le défi essentiel que représentait l’amélioration de la qualité des enseignants, et a mis l’accent sur les disparités qui existaient entre les systèmes éducatifs public et privé. Cela avait amené le pays à ratifier la Convention sur la reconnaissance des grades et des diplômes en 2012 et conduit à la création d’un sous-groupe UNESCO/Banque mondiale pour le renforcement du processus d’homologation des diplômes au sein du ministère, l’objectif étant d’améliorer la qualité de l’éducation et d’harmoniser les programmes d’étude des systèmes éducatifs public et privé. Il a en outre indiqué que le gouvernement avait récemment augmenté les salaires des enseignants de 20 %.

Le Ministre Im Sethy a également insisté sur le renforcement de la coopération entre les pays de l’ASEAN en vue de la création, d’ici à 2015, d’un marché commun en matière d’élaboration de programmes d’étude, de formation et de multilinguisme.

Le Ministre a remercié l’UNESCO d’avoir plaidé auprès du gouvernement au sujet de la nécessité d’accroître le budget consacré à l’éducation.

La Directrice générale a salué le leadership du Ministre. Grâce à la scolarité gratuite et obligatoire dès le primaire et jusqu’à neuf ans, le taux de scolarisation dans le primaire est actuellement de 97 % à l’échelle du pays.

« Les jeunes, femmes et hommes, assureront la prospérité et l’avenir de votre pays – vous avez fait le bon choix en investissant dans l’éducation, car un système éducatif solide constitue le fondement du succès futur d’un pays », a déclaré la Directrice générale.

La Directrice générale a félicité le Ministre d’avoir achevé la mise en place du Système d'information sur le suivi de l’éducation afin d’évaluer l’éducation non formelle dans tout le pays par le biais du soutien aux centres d’apprentissage communautaires. Ces centres sont importants pour transmettre les aptitudes et les compétences qui renforcent la pertinence de l’éducation.

Rappelant les heures sombres du régime des Khmers rouges, le Ministre a déclaré : « nous ne devons jamais oublier ce qui s’est passé ».

La Directrice générale a également rencontré le Ministre de la culture et des beaux-arts, M. Him Chhem, ainsi que le Ministre de l’information, M. Khieu Kannarith. La discussion a porté sur le soutien de l’UNESCO au renforcement des capacités d’établissement d’inventaires et de sauvegarde du patrimoine culturel immatériel – notamment l’art martial millénaire du Kun Bokator – ainsi que sur l’actualisation de la loi sur la presse de 1995 et du cadre de politiques concernant l’accès à l’information de 2007.

Le Ministre du tourisme, M. Thong Khon, a souligné que le secteur du tourisme avait enregistré une croissance de 18 % au cours des quatre premiers mois de 2013, avec une augmentation globale d’un million de touristes chaque année, et représentait quelque 12 % du PIB.

Le Ministre a également mis l’accent sur la volonté de son pays d’améliorer la qualité du tourisme et du développement productif grâce à la stratégie des 3 « R », à savoir « réduire, réutiliser et recycler », dans le cadre de la campagne lancée par le Premier Ministre Hun Sen.

Le 16 juin, lors de la cérémonie d’ouverture de la 37e session du Comité du patrimoine mondial, M. Sok An, Vice-Premier Ministre et Président de la session, a souligné que la Convention devait « rester un motif de fierté à nos yeux ».

Dans ce contexte, la Directrice générale a appelé les États parties et la communauté des acteurs de la préservation qui étaient présents à utiliser le patrimoine culturel pour développer l’identité et le sentiment d’appartenance, et à en faire un moteur du développement durable et de l’inclusion sociale.

La cérémonie d’ouverture de la session du Comité a été marquée par l’émouvante restitution de deux chefs-d’œuvre grandeur nature (statues khmères du VIIIe siècle connues sous le nom de « servants agenouillés ») par le Metropolitan Museum de New York au Musée national du Royaume du Cambodge, entreprise avec la coopération active de l’UNESCO.

« Cette restitution est l’expression d’un comportement éthique et moral d’une grande force et donne un exemple de bonne pratique à d’autres musées et collectionneurs », a déclaré Mme Bokova.

Mme Emily Rafferty, Présidente du Metropolitan Museum, a déclaré que « la vigilance de l’UNESCO en matière de protection et de promotion du savoir revêt une importance croissante pour prendre soin des trésors du monde. Nous sommes fiers de partager avec vous cet engagement en faveur de la recherche et de la préservation des trésors de la planète ».

La Directrice générale a en outre inauguré trois expositions sur le patrimoine mondial culturel et naturel – organisées respectivement par le Cambodge, pour l’exposition intitulée « Patrimoine, Nature et Peuples » qui célèbre 20 ans de coopération internationale à Angkor, par les Philippines et par le Japon, pour une exposition présentant la contribution du Japon, depuis 20 ans, à la conservation du site d’Angkor, inscrit sur la Liste du patrimoine mondial.

Cette visite officielle au Royaume du Cambodge incluait également des réunions bilatérales avec des ministres participant à la session du Comité du patrimoine mondial, notamment les Ministres de la culture du Cameroun, du Kenya, du Mali et du Tadjikistan, ainsi que le Ministre thaïlandais des ressources naturelles et du patrimoine culturel.

La Directrice générale a visité le Musée national, qui héberge quelque 14 000 pièces, soit une des plus vastes collections d’art khmer du monde, regroupant sculptures, céramiques et objets ethnographiques, y compris un nombre considérable de chefs-d’œuvre historiques – statues et objets de l’ère pré- et post-angkorienne et des traditions hindoue ou bouddhiste, dont beaucoup proviennent de fouilles archéologiques et de restitutions.

Au cours de sa visite au Musée de Tuol Sleng, Mme Bokova a pu se rendre compte des pages tragiques de l’histoire du génocide du peuple cambodgien perpétré par le régime des Khmers rouges. Ce musée a été créé dans une ancienne prison du centre-ville. Mme Bokova s’est félicitée de ce que les autorités coopèrent avec l’UNESCO pour numériser les archives attestant les atrocités de la guerre civile.

La Directrice générale s’est aussi rendue au Centre de ressources audiovisuelles Bophana, qui rassemble images et sons de la mémoire cambodgienne, les met à la disposition du public, et forme des Cambodgiens à la profession audiovisuelle. L’UNESCO s’emploie à célébrer chaque année la Journée mondiale du patrimoine audiovisuel avec le Centre et à sensibiliser le public à l’importance de la préservation du patrimoine audiovisuel pour les générations futures.

En marge du Comité, la Directrice générale a renouvelé l’accord de coopération stratégique conclu par l’UNESCO avec Panasonic, et a félicité M. Takumi Kajisha, principal directeur général de Panasonic, pour son engagement visionnaire en faveur de la conservation et du développement durable des sites du patrimoine mondial. La coopération entre l’UNESCO et Panasonic a ainsi été reconduite de 2013 à 2015, ce qui permettra d’appuyer les efforts de conservation et d’éducation déployés par l’Organisation dans le monde entier, de sensibiliser le public à l’éducation des jeunes à l’environnement à l’échelle mondiale et de soutenir la communication mondiale au sujet de la conservation.




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page