» La médecine traditionnelle et le principe de non-discrimination au cœur des débats du prochain Comité internat...
06.09.2012 - UNESCOPRESS

La médecine traditionnelle et le principe de non-discrimination au cœur des débats du prochain Comité international de bioéthique

La médecine traditionnelle et ses implications éthiques, ainsi que le principe de non-discrimination et de non-stigmatisation seront au cœur des débats de la 19e session du Comité international de bioéthique (CIB) et de sa session conjointe avec le Comité intergouvernemental de bioéthique (CIGB), qui se dérouleront consécutivement, du 10 au 14 septembre 2012, au Siège de l’UNESCO, à Paris (France).

Deux documents-clé serviront de base aux échanges :

  • un Projet de Rapport sur la médecine traditionnelle et ses implications éthiques qui invite les gouvernements à se concentrer sur le droit de chaque être humain d’accéder à des soins de qualité et sur le principe du respect de la diversité culturelle et du pluralisme ;  
  • une compilation de 6 documents engageant le débat sur les nouveaux risques et nouvelles responsabilités engendrés par les progrès en biomédecine (bio-banques ; accès aux médicaments ;  transplantation et trafic d’organes, de tissus et de cellules ; neurosciences ; SIDA et nanotechnologies), en incitant à les envisager sous un seul et même « parapluie conceptuel », celui du principe de non-discrimination et de non-stigmatisation énoncé à l’article 11 de la Déclaration universelle sur la bioéthique et les droits de l’Homme.  

Seule instance de réflexion de portée mondiale en matière de bioéthique, le CIB, créé en 1993, est composé de 36 experts indépendants désignés à titre personnel par la Directrice générale de l’UNESCO pour un mandat de 4 ans. Ces spécialistes des sciences de la vie et des sciences sociales et humaines produisent des avis et recommandations sur des questions spécifiques liées aux applications des avancées scientifiques en veillant au respect des principes de dignité et de liberté de la personne humaine.

Créé en 1998, le CIGB est quant à lui composé de 36 États membres élus par la Conférence générale de l’UNESCO pour un mandat de 4 ans. Il informe le CIB de son point de vue et soumet ses opinions, ainsi que ses propositions concernant la suite à donner aux avis et recommandations du CIB, à la Directrice générale de l'UNESCO afin qu'elle les transmette aux États membres, au Conseil exécutif et à la Conférence générale de l’Organisation.

Les débats qui se tiendront en séances publiques du 11 au 14 septembre seront retransmis en direct à l’adresse suivante :

mms://stream.unesco.org/live/room_11_fr.wmv

Pour plus d’informations, cliquez ici.

Pour télécharger directement les documents :


Les journalistes souhaitant assister aux travaux sont priés de s’accréditer.

Contacts

Djibril Kebe : +33 (0)1 45 68 17 41 ;  d.kebe(at)unesco.org ou

Isabelle Le Fournis : +33 (0)1 45 68 17 48 ; i.le-fournis(at)unesco.org




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page