» La culture et la créativité au cœur du développement burkinabé
30.01.2017 - UNESCO Office in Dakar

La culture et la créativité au cœur du développement burkinabé

©Emmanuelle Cidonelli

L'un des premiers pays à ratifier la Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles, le Burkina Faso demeure activement engagé dans sa mise en œuvre au niveau national et sa promotion au niveau international. « Nous avons un grand potentiel permettant de dynamiser son secteur culturel d'une manière innovante et inclusive en offrant l’exemple de comment la Convention de 2005, lorsqu'elle est mise en œuvre intelligemment, peut impacter le développement durable et la cohésion sociale », a indiqué M. Désiré OUEDRAOGO, coordinateur de l’équipe nationale. Le deuxième rapport périodique du Burkina Faso, dont la rédaction est actuellement en cours, offrira des pistes d’action en ce sens.

Accueilli par le CERAV/Afrique dans le cadre du projet « Renforcer les libertés fondamentales à travers la promotion de la diversité des expressions culturelles » avec l’appui du Gouvernement de la Suède et après l’ouverture officielle des travaux le 30 novembre dernier par une consultation publique (Ouagadougou), s’est tenu du 24 au 26 janvier le premier atelier de travail de l’équipe nationale du Burkina Faso pour l’élaboration de ce 2ème rapport périodique.

L’équipe nationale, composée des représentants des autorités gouvernementales, d’acteurs de la société civile, des médias et de professionnels de différentes filières, a pour mission d’analyser les évolutions et les résultats accomplis après le premier rapport de 2013 mais également de profiter de ce travail de recensement approfondi et participatif pour orienter les actions futures contribuant à appuyer la créativité des Burkinabé. « Il s’agit aussi d’identifier les opportunités à saisir et les défis à relever pour promouvoir les industries créatives et la diversité des expressions culturelles », a déclaré Dr Stanislas Bemile MEDA, Secrétaire général du ministère de la Culture, des Arts et du Tourisme.

Deux experts de l’’UNESCO ont appuyé l’équipe nationale et fait un premier constat des avancées réalisées depuis 2013 telles que la création du Fonds du Développement Culturel et Touristique (FDCT) et l’adoption du statut de l’artiste. La question du numérique et de son impact sur la diversité des médias, la liberté d’expression et la création artistique ont également fait l’objet d’une étude. Nombre de défis restent cependant à relever afin de capter le plein potentiel de ce secteur qui emploie 2% des actifs du Burkina Faso. Une série de politiques et mesures ont en outre émergé des échanges et méritent d'être évaluées au niveau national, mais aussi et surtout mieux connues à l'international.

L’expérience pionnière du Burkina Faso dans l’intégration de la culture dans ses stratégies nationales de développement se reflète dans l’adoption de la SCADD et récemment du Plan national de développement économique et social (PNDES). De même, l’articulation du dialogue entre les pouvoirs publics et la société civile par exemple à travers les cadres de concertation avec les donateurs, est déjà bien ancrée au Burkina Faso et pourrait être renforcée avec la mise en place d’un mécanisme de consultation permanent sur la Convention de 2005. Le travail interministériel, essentiel à la création d’un environnement favorable à la diversité des expressions culturelles, est également amorcé, notamment à travers une nouvelle stratégie, de valorisation de la culture et des arts dans le système éducatif, soutenue par l'UNESCO, dans le cadre du projet UNESCO/UE de renforcement des systèmes de gouvernance de la culture.




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page
t3test.com