» Le Sénégal présente son premier rapport périodique quadriennal de la Convention UNESCO de 2005
01.12.2016 - UNESCO Office in Dakar

Le Sénégal présente son premier rapport périodique quadriennal de la Convention UNESCO de 2005

©UNESCO

Ouvert par un puissant sketch interprété par une jeune compagnie de théâtre dakaroise, l’atelier de restitution du 1er Rapport périodique quadriennal du Sénégal s’est tenu à la Maison de la Culture Douta Seck le 29 novembre 2016. Ce rapport a été élaboré conformément à l’obligation de l’article 9 de la Convention de 2005 appelant les Etats parties au partage de l’information et à la transparence sur leurs politiques publiques et mesures concernant la culture.

L’équipe nationale mise en place par le Ministre de la Culture le 1 février 2016 au Grand Théâtre de Dakar, a présenté publiquement le rapport du Sénégal analysant les politiques et mesures appuyant la création, la production, la diffusion et la consommation des produits culturels et donc de la diversité des expressions culturelles du pays. Le rapport déjà soumis le 30 juin 2016 à l’UNESCO, a été élaboré par cette équipe nationale grâce au soutien de la Suède, dans le cadre d’un projet visant à promouvoir et protéger la liberté d’expression artistique comme faisant partie du système plus large de droits fondamentaux.

Ce processus, qui impliquait une diversité d’acteurs issues de la société civile, du secteur privé ainsi que des acteurs institutionnels dont le Ministère de la Culture et de la communication et les Directeurs de Centres culturels régionaux, le Ministère de l’Economie et des Finances, le Ministère du Commerce et le Ministère des Affaires étrangères, ne consistait « pas seulement en un travail mécanique d’inventaire ou en une archéologie des politiques culturelles du Sénégal » mais en un vrai travail d’analyse, comme le rappelait le Professeur Ibrahima Wane de l’UCAD.

Si cette restitution marque la dernière étape d’un processus, il reste toutefois d’autres étapes à mettre en œuvre pour aboutir à une meilleure mise en œuvre de la Convention 2005, notamment en la faisant mieux connaître des acteurs de la culture. En effet, au-delà de son utilité informative, plusieurs membres de l’équipe nationale ont formulé des recommandations évoquant, entre autres, la nécessité d’effectuer un suivi notamment par la création d’un comité dédié ou encore l’organisation d’une « rencontre annuelle tripartite impliquant le Ministère de la Culture et de la Communication, les partenaires financiers et techniques et la société civile ». « Nous conjuguons toujours au futur mais jamais à l’imparfait » rappelait M. Babacar Diouf, Président de la Mutuelle nationale de santé des acteurs culturels du Sénégal (MNSAC), qui, à l’instar de plusieurs participants appelle à l’analyse de l’impact des mesures et politiques évoquées.




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page
t3test.com